Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Aspects génétiques et moléculaires des dystrophinopathies - 08/01/16

Doi : 10.1016/S0929-693X(16)30002-1 
F. Leturcq a, S. Tuffery-Giraud b,
a Laboratoire de biochimie et génétique, moléculaire, Hôpital Cochin et Institut de Myologie, Groupe hospitalier La Pitié Salpétrière, APHP, France 
b Laboratoire de Génétique de Maladies Rares, Université de Montpellier, IURC, 641 av du Doyen G. Giraud, 34093 Montpellier cedex 5, France 

* Auteur correspondant Auteur correspondant

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Summary

Duchenne muscular dystrophy (DMD) and Becker muscular dystrophy (BMD) are caused by mutations in the DMD gene that encodes the cytoskeletal protein, dystrophin. Dystrophinopathies are inherited in an X-linked recessive manner. Due to the tremendous size of the gene (2.2 megabases), the DMD locus has a high spontaneous mutation rate, and one third of sporadic cases of DMD are due to a de novo mutation. There are seven tissue-specific promoters in the gene. The skeletal muscular transcript contains 79 exons and encode the full-length protein (427-kDa) located at the inner face of the sarcolemma of muscle fibers. DMD gene mutations are highly heterogeneous. Large rearrangements (deletions or duplications of one or more exons) are most frequently involved while point mutations account for 20 %-30 % of cases. A survey of current strategies of molecular diagnosis is presented here. In particular, the role of muscle biopsy (for dystrophin and RNA analyses) in the diagnosis of dystrophinopathies is discussed. In more than 90 % of cases, the clinical severity is correlated with the impact of the mutations on the reading frame and the expression of the dystrophin (absence or residual amount of mutated protein). Various mechanisms contribute to the exceptions. Besides the clinical interest for the patient, the identification of the mutation allows accurate genetic counseling in the familles, and is a necessary prerequisite for the inclusion of the patient in the genotype-based clinical trials.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Les dystrophies musculaires de Duchenne (DMD) et de Becker (BMD) résultent de mutations dans le gène DMD codant pour une protéine du cytosquelette membranaire, la dystrophine. Ces dystrophinopathies sont transmises sur le mode récessif lié au chromosome X. La proportion de néo-mutations est particulièrement élevée (un tiers des cas sporadiques de DMD) en raison de la taille exceptionnelle du gène DMD (2,2 megabases). Sept promoteurs alternatifs régulent la spécificité tissulaire de l’expression de ce gène. Le transcrit de l’isoforme musculaire comporte 79 exons et code pour une protéine pleine longueur de 427kDa localisée sur la face interne du sarcolemme. Les mutations du gène DMD sont très hétérogènes. Les grands réarrangements génomiques (délétions ou duplications de un ou plusieurs exons) sont majoritaires, et les mutations ponctuelles sont retrouvées dans 20 % à 30 % des cas. Les stratégies actuelles du diagnostic moléculaire des dystrophinopathies sont présentées dans cette revue, et la place de la biopsie musculaire tant pour l’analyse de la dystrophine que de l’ARN musculaire est discutée. Dans plus de 90 % des cas, il est possible de corréler la sévérité du phénotype (DMD versus BMD) avec l’impact de la mutation sur l’expression de la dystrophine (absence ou taux résiduel de protéine mutée). Les exceptions (< 10 %) à cette règle dite du cadre de lecture résultent de mécanismes variés. En dehors de l’intérêt diagnostique pour le patient, l’identification de la mutation permet un conseil génétique adapté dans la famille, et une inclusion potentielle du patient dans les essais thérapeutiques basés sur le génotype.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2015  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 22 - N° 12S1

P. 12S3-12S11 - décembre 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Dystrophies musculaires (DM) de Duchenne (DMD) et de Becker (DMB)
  • B. Chabrol, I. Desguerre
| Article suivant Article suivant
  • Conseil génétique dans les dystrophinopathies
  • C. Coubes

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.