Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Mise au point - Atteinte digestive au cours de la sclérodermie systémique

Doi : PM-12-2006-35-12-C2-0755-4982-101019-200609403 

Isabelle Marie

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 14
Iconographies 8
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Points essentiels

L’atteinte digestive est fréquente au cours de la sclérodermie systémique, et elle survient chez 75 à 90 % des patients atteints de formes diffuses et limitées de la maladie.

Si tous les segments du tube digestif peuvent être intéressés, l’œsophage est le souvent atteint. En l’absence de diagnostic précoce, les principales complications de la localisation œsophagienne sont représentées par les œsophagites (pouvant aboutir à des sténoses peptiques et à un endobrachyœsophage), et par un risque accru de pneumopathie interstitielle diffuse. La manométrie œsophagienne est l’examen diagnostique le plus sensible des troubles moteurs œsophagiens. Le traitement médical fait appel aux antisécrétoires, et principalement aux inhibiteurs de la pompe à protons.

L’atteinte gastrointestinale est rapportée chez 50 à 88 % des patients. Elle demeure grevée d’un mauvais pronostic aboutissant au décès dans 6 à 12 % des cas. En raison de son caractère longtemps latent, elle est, en règle générale, diagnostiquée aux stades des complications, comme : un syndrome dyspeptique sévère, une hémorragie digestive secondaire à un estomac pastèque, un syndrome de malabsorption et/ou une pseudo-obstruction intestinale. Le traitement du syndrome de malabsorption et/ou de la pseudo-obstruction intestinale est difficile, et il fait essentiellement appel à l’octréotide. Dans tous les cas, la réalisation d’une manométrie de l’intestin grêle est justifiée afin de guider les indications thérapeutiques de l’octréotide chez les patients ayant une sclérodermie systémique. De fait, bien que l’octréotide soit habituellement considéré comme une molécule bien tolérée, elle peut induire des effets secondaires graves (i.e. : perforations intestinales), ce traitement ne doit, par conséquent, être institué qu’après une évaluation précise du rapport bénéfice risque chez ces patients.

L’atteinte anorectale est fréquente chez les patients (50-70 %), se traduisant, le plus souvent, par une incontinence fécale et un prolapsus rectal. Les autres complications digestives, principalement hépatiques, sont moins habituelles au cours de la sclérodermie systémique.

Abstract

Key points: Gastrointestinal involvement in systemic sclerosis

Gastrointestinal involvement is frequent in systemic sclerosis (SSc), occurring in 75 to 90% of patients with diffuse or limited cutaneous SSc.

Although all regions of the gut may be affected, the esophagus is the most common gastrointestinal localization of this disease. If not diagnosed at an early stage, resulting complications may include esophagitis (leading to stenosis, strictures, and Barrett’s esophagus) and increased risk of interstitial lung disease. Esophageal manometry is the most sensitive test for accurate diagnosis of motor dysfunction. Antisecretory agents (mainly proton-pump inhibitors) are effective for treating esophageal manifestations.

Gastrointestinal involvement is reported in 50-88% of patients with SSc. It remains associated with a poor prognosis and leads to death in 6 to 12% of cases. Gastrointestinal impairment may lead to life-threatening complications, including severe dyspepsia, hemorrhage related to watermelon stomach (gastric antral vascular ectasia), malabsorption syndrome (related to bacterial overgrowth), and intestinal pseudo-obstruction. Treatment for the latter two remains difficult, although octreotide has proven to be effective in SSc patients. Small bowel manometry is useful for careful selection of SSc patients who will benefit from this treatment.

Anorectal involvement is frequent in SSc patients (50-70%) and causes fecal incontinence and rectal prolapse. Other digestive manifestations, including liver impairment, are less common in SSc.


Plan



© 2006 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 35 - N° 12-C2

P. 1952-1965 - décembre 2006 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Mise au point - Pneumopathie infiltrante diffuse de la sclérodermie systémique
  • Luc Mouthon, Alice Berezné, Michel Brauner, Marianne Kambouchner, Loïc Guillevin, Dominique Valeyre
| Article suivant Article suivant
  • Mise au point - Crise rénale sclérodermique
  • Luis Teixeira, Amélie Servettaz, Marion Mehrenberger, Laure-Hélène Noël, Loïc Guillevin, Luc Mouthon

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité