Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo

Accidents des traitements anticoagulants oraux - 24/05/16

[24-038-D-10]  - Doi : 10.1016/S1241-8234(16)79293-5 
S. Delerme  : Praticien hospitalier
 Service d'accueil des urgences, Hôpital Pitié-Salpêtrière, 47-83, boulevard de l'Hôpital, 75651 Paris cedex 13, France 

Résumé

Les hémorragies sous antivitamines K (AVK) sont la première cause d'accidents iatrogènes en France avec une incidence annuelle de saignement fatal de 1 %. En 2008, la Haute Autorité de santé (HAS) a établi des recommandations concernant la « prise en charge des surdosages, des situations à risque hémorragique et des accidents hémorragiques chez les patients traités par AVK en ville et en milieu hospitalier ». En cas de surdosage asymptomatique en AVK, il suffit de sauter une prise, voire d'administrer, préférentiellement per os, de la vitamine K avec contrôle de l'international normalized ratio (INR). En cas d'accident hémorragique grave, défini par une hémorragie extériorisée non contrôlable par les moyens usuels, un état de choc hémodynamique, la nécessité d'une transfusion ou d'un geste hémostatique urgent, ou la localisation menaçant le pronostic vital ou fonctionnel (en particulier intracrânienne), il est urgent d'antagoniser les AVK, sans attendre la valeur de l'INR, en associant 10 mg de vitamine K intraveineuse ou per os à 25 UI/kg de facteur IX (soit 1 ml/kg) de concentré de complexe prothrombinique (CCP). Il est également primordial de vérifier que l'antagonisation est efficace et l'INR inférieur à 1,5 30 minutes et six heures après l'antagonisation. En ce qui concerne les anticoagulants oraux directs, ou nouveaux anticoagulants, si les critères de gravité sont les mêmes, la réversion de l'anticoagulation est moins aisée et fait actuellement appel aux CCP à dose double de celle utilisée pour l'antagonisation des AVK. Par ailleurs, l'absence actuelle de moyen biologique simple d'évaluer le degré d'anticoagulation causé par ces nouveaux anticoagulants complique grandement la gestion de leurs complications hémorragiques.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Anticoagulant, Antivitamine K, AVK, Hémorragie, Anticoagulants oraux directs, Nouveaux anticoagulants


Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Prise en charge en urgence d'un patient en ischémie aiguë des membres inférieurs
  • V. Piriou, M. Closon, P. Feugier
| Article suivant Article suivant
  • Hémorragies digestives non traumatiques de l'adulte
  • D. Pateron, J.-L. Pourriat, N. Carbonell, X. Dray

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.