Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Ictus amnésique révélant un infarctus cérébral — À propos d’un cas

Doi : RN-04-2007-163-SUP4-0035-3787-101019-200701777 

V. Kamga [1],

F. Klapczynski [1],

S. Stefanizzi [1],

P. Beroud [2],

A. Ameri [1]

Voir les affiliations

Résumé

Introduction. Les hypothèses physiopathologiques de l’ictus amnésique restent débattues. L’imagerie est classiquement considérée comme normale. L’I.R.M. de diffusion semble assez fréquemment trouver des anomalies.

Observations. Cas n° 0541311

Un homme de 70 ans, gaucher, hypertendu, fumeur, opéré d’un anévrisme abdominal trois mois auparavant, fut admis pour amnésie antérograde brutale transitoire, durant 3 heures, dans les suites d’une douche. À l’interrogatoire du témoin, le patient répétait sans cesse les mêmes questions, n’enregistrait aucune information, ne se rappelait plus de son intervention, reconnaissait ses proches et son environnement, était anxieux sans trouble de vigilance ni autre symptôme associé. Le patient présentait une amnésie complète de cet épisode.

À l’anamnèse, notion de deux probables accidents ischémiques transitoires vertébro-basilaires non diagnostiqués 3 et 4 mois auparavant.

L’examen clinique neurologique était normal. La biologie révéla une hyper-triglycéridémie limite et une hyper-homocystéinémie modérée. Le bilan cardiaque et vasculaire cervical était sans particularité. Le scanner cérébral à l’arrivée était normal. L’I.R.M. cérébrale, effectuée à J6, retrouvait un hypersignal punctiforme, hippocampique gauche, en diffusion et FLAIR. Un traitement antiagrégant plaquettaire fut instauré.

Discussion. La persistance à J6 d’un hypersignal en diffusion avec un ADC diminué, laisse peu de doute sur l’origine ischémique de cet « ictus amnésique » pourtant sémiologiquement typique.

Depuis 1998, les grandes séries récentes rapportent des anomalies similaires en diffusion de signification indéterminée dans 36 à 83 p. 100 des cas, relançant le débat sur la possibilité d’une étiologie vasculaire.

Conclusion. L’avènement de nouvelles séquences IRM très sensibles à l’ischémie semble bouleverser le dogme de l’imagerie normale dans l’ictus amnésique, sans que la signification des anomalies retrouvées soit d’interprétation univoque.




© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 163 - N° SUP4

P. 126 - avril 2007 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Un cas de neuro-myélite optique compliquant un HELLP syndrome
  • R. Hassani, R. Rabhi, M. Benabdejlil, S. Aidi, M. El Alaoui Faris
| Article suivant Article suivant
  • Neuro-myélite optique évolutive traitée par Rituximab
  • L. Leclair, L. Michel, E. Auffray-Calvier, S. Wiertlewski, D.A. Laplaud

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité