Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

SP2-1 - Épidémiologie et déterminants sociaux des inégalités sociales de santé

Doi : RESP-10-2002-50-4-SUPP-0396-7620-101019-ARTSP2-1 

M. GOLDBERG,

A. LECLERC

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 1
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Le constat d'inégalités sociales de santé persistantes, quels que soient les problèmes, incluant l'accès à la prévention et aux soins et la qualité de ceux-ci, les populations considérées ou les indicateurs de statut social choisis, a suscité dans les années 1980-90, de nombreuses recherches. On est passé du constat aux tentatives de comprendre les inégalités de santé, grâce notamment à un apport massif des sciences sociales, et d'une recherche internationale particulièrement pluridisciplinaire, s'accompagnant dans certains pays de l'élaboration de politiques visant à réduire les inégalités sociales de santé.

Résumé

La problématique générale part du constat que s'il existe une différenciation sociale des problèmes de santé, c'est qu'il doit aussi exister, dans ce qui caractérise l'appartenance à une catégorie sociale, des facteurs distribués de façon inégale selon les catégories sociales. L'approche naturelle pour les épidémiologistes consiste d'abord à expliquer la différenciation sociale des maladies par la distribution de facteurs de risques bien établis au sein des populations. Mais pourquoi la fréquence de comportements « à risques » est-elle plus élevée au sein de certaines catégories définies selon des critères sociaux ? Deux voies principales sont actuellement explorées, dont on résumera les résultats essentiels : (i) l'identification de « nouveaux » facteurs de risque d'origine sociale ; (ii) les approches théoriques et la recherche de mécanismes des différences sociales de santé.

Résumé

Identification de « nouveaux » facteurs de risque d'origine sociale : événements précoces et histoires de vie (« life course perspective ») ; facteurs professionnels (facteurs psychosociaux liés à l'organisation du travail : modèle du « job strain », du « effort-reward imbalance ») ; relations sociales de proximité (réseaux sociaux et support social ; environnement social du lieu de résidence) ; organisation et fonctionnement du système économique (inégalités en termes de ressources matérielles ; privilèges sociaux et économiques ; perspective historique et culturelle modelant les croyances, les convictions ou les valeurs socialement acceptés).

Résumé

Approches théoriques des inégalités sociales de santé et modèles explicatifs : modèle matérialiste (les inégalités sociales de santé ont leur origine dans le monde matériel : combinaison de conditions matérielles de vie et de travail défavorables et du manque de ressources matérielles personnelles pour y faire face ; environnement social caractérisé par l'insuffisance des ressources collectives : éducation, transports, équipements sanitaires de loisirs, système de soins, pollution, etc.) ; modèle psychosocial (effets directs des facteurs psychosociaux sur la santé ; rôle de la cohésion sociale et du capital social, qui soulignent l'importance de la cohésion sociale comme déterminant de la santé d'une population, qui ne peut être expliqué simplement par les conditions matérielles de vie des individus) ; modèle éco-social , qui cherche à intégrer les interactions entre facteurs caractérisant l'environnement « microscopique » des individus (facteurs biologiques, facteurs de risque individuels, histoires de vie, etc.), l'environnement « mésoscopique » (environnement de résidence ou de travail, par exemple) et le niveau macroscopique (organisation sociale et économique, dimensions culturelle et historique).

Résumé

Pour un développement de l'épidémiologie sociale en France : La situation de la recherche épidémiologique concernant l'étude des déterminants sociaux de la santé, en France, est par bien des côtés paradoxale, dans le contexte international d'une recherche foisonnante et d'une créativité exceptionnelle. Malgré l'observation d'inégalités sociales de santé particulièrement fortes dans divers domaines dans notre pays, l'épidémiologie française est encore trop peu présente dans ce domaine. On ne peut que souhaiter que les quelques équipes qui y travaillent aujourd'hui sauront développer une recherche vigoureuse en « épidémiologie sociale ».




© 2002 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 50 - N° SUP 4

P. -1--1 - octobre 2002 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • SP1-3 - Épidémiologie et recherche en droit de la santé : l'exemple du projet LEGIBIO
  • A.-M. DUGUET, H. BOCQUET, E. RIAL, A. THOMAS, A. CAMBON-THOMSEN
| Article suivant Article suivant
  • SP2-3 - Barrières socio-économiques dans l'utilisation du dépistage sanguin de la trisomie 21 (T21) : Résultats de l'enquête nationale périnatale 1998
  • B. KHOSHNOOD, B. BLONDEL, C. DE VIGAN, G. BREART

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité