Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Aspects actuels des mycétomes au Sénégal

Doi : JMM-09-2000-10-3-1156-5233-101019-ART5 

B. Ndiaye [1],

M. Develoux [1],

M. T. Dieng [1],

A. Kane [1],

O. Ndir [2],

G. Raphenon [3],

M. Huerre [4]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 1
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Abstract

Le Sénégal est un pays où les mycétomes sont endémiques. De nombreux aspects de la maladie ont été étudiés dans ce pays entre 1958 et 1970, en particulier l'épidémiologie, la description des agents étiologiques, les présentations cliniques, l'anatomopathologie et le traitement chirurgical. Les auteurs présentent 109 cas histologiquement prouvés observés à la clinique dermatologique de Dakar sur une période de cinq ans et demi, de 1993 à 1998. Les actinomycétomes (60,5 %) prédominaient par rapport aux mycétomes fongiques (39,5 %). Les principaux agents étiologiques étaient : Actinomadura pelletieri (42,2 %), Madurella mycetomi (24,2 %) et Actinomadura madurae (14,7 %). La prédominance d' A. pelletieri comme agent causal constitue le point le plus original de la maladie au Sénégal. Ceci n'est retrouvé dans aucun autre pays de la zone endémique africaine des mycétomes, située de part et d'autre du tropique du cancer. Nos résultats confirment les aspects originaux des mycétomes à A. pelletieri (mycétomes à grains rouges) déjà notés par des auteurs sénégalais. La culture des grains a été possible dans quelques cas permettant l'identification d'agents rares de mycétomes jamais rapportés auparavant en Afrique de l'ouest : Exophiala jeanselmei, Nocardia asteroides, Rhinocladiella atrovirens. En 1962, deux zones endémiques avaient été décrites au Sénégal. Dans la zone nord où les pluies annuelles variaient de 250 à 500 mm, les mycétomes à grains noirs ( M. mycetomi, Leptosphaeria spp.) étaient prédominants. Dans la seconde zone, plus humide, avec des pluies annuelles comprises entre 500 et 800 mm, la plupart des mycétomes étaient dus à A. pelletieri . Dans la partie sud du pays où les pluies dépassaient 800 mm par an, les mycétomes devenaient exceptionnels. Cette subdivision en deux zones endémiques distinctes est toujours valable. Mais la sécheresse chronique sévissant dans le Sahel a entraîné un déplacement de 150 km vers le sud de la limite inférieure de la zone endémique des mycétomes représentée par l'isohyète 800. Ces dernières années des mycétomes à A. pelletieri ont été observés dans cette région où la maladie était inconnue auparavant.

Abstract

Actual presentation of mycetoma situation in Senegal About 109 cases

Senegal is a country of high endemicity for mycetoma. Different aspects of the disease were studied in this country between 1958 and 1970, specially epidemiology, description of agents, clinical presentation, pathology and surgical treatment. There are no recent reports concerning mycetoma in Senegal. The authors present hundred and nine histologically proven cases observed at the Dermatological Clinic of Dakar during a five years and a half period, from 1993 to 1998. Actinomycetoma (60.5 %) were more prevalent as compared to eumycetoma (39.5 %). The commonest etiological agents were: Actinomadura pelletieri (42.2 %), Madurella mycetomi (24.2 %) and Actinomadura madurae (14.7 %). The predominance of A. pelletieri as etiological agent is an original feature of the disease in Senegal. Such predominance is not noted in other west african countries of the endemic mycetoma zone, around the tropic of Cancer. The results confirm the original clinical aspects of mycetoma due to A. pelletieri (red grain mycetoma) previously described by Senegalese authors. In some cases cultures of granules were performed, allowing the identification of rare etiological agents of mycetoma not reported before in west africa: Exophiala jeanselmei , Nocardia asteroides , Rhinocladiella atrovirens . Two endemic zones for mycetoma were described in Senegal in 1962. In the northern zone with annual rainfall of 250-500 mm, black grain eumycetoma ( M. mycetomi , Leptosphaeria spp.) were predominent. In the secound endemic zone, more humid with annual rainfall of 500-800 mm, most of mycetoma were due to A. pelletieri . In the southern part of Senegal with an annual rainfall of more than 800 mm mycetoma became exceptional. This subdivision in two distinct endemic zones is still valid. But with the chronic drought observed in sahelian Africa the lower limit of the endemic zone, represented by the isoyet 800 mm, moved about 150 kilometers to the south. For the last years A. pelletieri mycetoma were diagnosed in patients living in this southern region where the disease was unknown before.


Mots clés : Mycétomes. , Actinomadura pelletieri . , Madurella mycetomi . , Actinomadura madurae . , Sénégal.

Keywords: Mycetoma. , Actinomadura pelletieri . , Madurella mycetomi . , Actinomadura madurae . , Senegal.


Plan



© 2000 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 10 - N° 3

P. 140 - novembre 2000 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Occurrence and significance of trichophyton mentagrophytes var. mentagrophytes on the bark of eucalyptus camaldulensis trees in India
  • A.-Y. Mussa, H.-S. Randhawa, Z.-U. Khan, A.-A. Padhye, L. Ajello
| Article suivant Article suivant
  • Actual presentation of mycetoma situation in Senegal About 109 cases
  • B. Ndiaye, M. Develoux, M. T. Dieng, A. Kane, O. Ndir, G. Raphenon, M. Huerre

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité