Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Dosage de naltrexone dans les cheveux : intérêt comme marqueur de l’observance des patients au cours du traitement de l’alcoolo-dépendance - 09/11/16

Naltrexone hair analysis as a tool to assess patient compliance in alcohol withdrawal treatment

Doi : 10.1016/j.toxac.2016.06.001 
Islam Amine Larabi, Emuri Abe, Isabelle Etting, Jean-Claude Alvarez
 Inserm U1173, laboratoire de pharmacologie et de toxicologie, université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, centre hospitalier universitaire Raymond-Poincaré, AP–HP, 104, boulevard Raymond-Poincaré, 92380 Garches, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 8
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

Déterminer l’intérêt du dosage de naltrexone (NTX) dans les cheveux comme marqueur de l’observance du traitement de l’alcoolo-dépendance.

Méthode

Deux mèches de cheveux châtains de 6cm d’une patiente traitée par naltrexone (Revia®, 100mg/j depuis plus de 4ans) pour alcoolo-dépendance et jugée compliante ont été analysées. Après décontamination et lavage, la première mèche est coupée en 3 segments de 2cm, puis broyée. Vingt milligrammes de cheveux sont extraits en milieu basique à l’aide des mélanges hexane/acétate d’éthyle (1:1, v/v), puis chloroforme/isopropanol (4:1, v/v) en présence d’hydromorphone-d3 (HM) comme standard interne. Les deux phases organiques réunies sont évaporées et le résidu repris par 80μL de phase mobile. 10μL sont alors analysés par CL-SM/SM. La deuxième mèche de cheveux a été utilisée pour le dosage d’éthyglucuronide (EtG) afin de confronter les résultats obtenus.

Résultats

La méthode est linéaire sur l’intervalle 2,5 à 1000pg/mg (R2>0,999). L’exactitude varie de 96,6 à 104,1 % (n=6) et la précision totale (intra- et inter jours) est inférieure à 6,3 % (n=18). La limite de détection et de quantification sont de 1 et 2,5pg/mg, respectivement. Les concentrations de naltrexone retrouvées à 1500, 1450, et 810pg/mg dans les trois segments semblent en faveur d’une exposition régulière à la naltrexone dans les 6 mois précédant le prélèvement. Les concentrations en EtG dans les segments 1–3cm et 4–6cm sont de 20 et 25pg/mg, inférieures au seuil fixé par la Society of Hair Testing (SOHT) de 30pg/mg, ce qui suggère une consommation modérée et non excessive d’alcool durant cette période, probablement en lien avec les propriétés pharmacologiques de la naltrexone sur la diminution de consommation chez le sujet alcoolo-dépendant. L’analyse capillaire a par ailleurs permis de contrôler la compliance de la patiente à l’intégralité des molécules qui lui sont prescrites.

Conclusion

À ce jour, aucune donnée dans la littérature ne fait état des concentrations de naltrexone mesurées dans les cheveux, et de l’intérêt de son dosage pour le suivi de l’efficacité du traitement. Il s’agit donc du premier cas de dosage de naltrexone dans les cheveux au cours d’un traitement chronique de l’alcoolo-dépendance. Ces résultats, validés sur un plus grand nombre de patients, pourraient être utiles pour le suivi thérapeutique des patients alcoolo-dépendants sous naltrexone.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Objectif

The aim of this study is to propose hair testing as a tool to assess patient compliance in alcohol withdrawal treatment with naltrexone.

Method

Two strands of hair from an a priori compliant patient treated with 100mg daily oral naltrexone (Revia®) for at least 4 years were analyzed. Hair was decontaminated and washed. The first strand was cut in 3 segments of 2cm length and grounded to fine powder. Twenty milligrams of each segment were double extracted with hexane/ethyl acetate (1:1; v/v) and chloroform/isopropanol (4:1; v/v) after an alkaline hydrolysis. Hydromorphone-d3 (HM) was used as an internal standard. The second strand covering the same period of exposure was used for the determination of ethyl glucuronide (EtG).

Results

Naltrexone assay was fully validated over the range 2.5–1000pg/mg. The accuracy evaluated at 20, 250, 750pg/mg was within the 96.6–104.1 % range and the intra- and interday precisions were<6.3 %. Concentrations of 1 and 2.5pg/mg were set as LOD and LOQ, respectively. Naltrexone concentrations found at 1500, 1450 and 810pg/mg in the three segment allow supporting regular exposure to naltrexone during the six last months. These concentrations associated in the second strand with low EtG levels (20 and 25pg/mg in 1–3cm and 4–6cm segments, respectively) suggest moderate and not excessive alcohol consumption during this period according to Society of Hair Testing (threshold fixed at 30pg/mg to distinguish moderate and heavy drinkers). This result may be in accordance with the efficacy of naltrewone in lowering consumption in alcohol withdrawal patient. In this case, capillary analysis has also allowed the monitoring of patient compliance for all associated treatment.

Conclusion

To date, there is no data in literature referring neither to naltrexone concentrations in hair, nor to its use in patient adherence monitoring. Therefore, our results, being validated with much more cases, could be of great interest for the compliance monitoring in alcohol-dependent patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Naltrexone, Cheveux, Alcoolo-dépendance, Spectrométrie de masse

Keywords : Naltrexone, Hair, Alcoholism, Mass spectrometry


Plan


© 2016  Société Française de Toxicologie Analytique. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 28 - N° 4

P. 303-310 - décembre 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Development and validation of an analytical method for quantification of 15 non-tricyclic antidepressants in serum with UPLC-MS/MS
  • Sara Resende, Charlotte Deschrijver, Eric van de Velde, Alain Verstraete
| Article suivant Article suivant
  • Les NPS en vogue en région Rhône-Alpes : rapport de cas
  • Virginie Ladroue, Anaïs Stemmelen, Fabrice Besacier, Maggy Hologne

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.