Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Reasons for non-intensification of treatment in people with type 2 diabetes receiving oral monotherapy: Outcomes from the prospective DIAttitude study - 24/11/16

Raisons de la non-intensification du traitement du diabète de type 2 sous traitement oral en monothérapie : résultats de l’étude prospective DIAttitude

Doi : 10.1016/j.ando.2016.03.001 
Beverley Balkau a, , Serge Halimi b, Jean-Frédéric Blickle c, Bruno Vergès d, Antoine Avignon e, Claude Attali f, Isabelle Chartier g, Elisabeth Amelineau h
a Inserm U-1018, CESP, Team 5 (EpReC, Renal and Cardiovascular Epidemiology), UVSQ-UPS, 94807 Villejuif, France 
b Université Grenoble Alpes (UJF), 38043 Grenoble, France 
c Hôpitaux Universitaires, 67000 Strasbourg, France 
d CHU de Dijon, 21079 Dijon, France 
e CHU de Montpellier, 34000 Montpellier, France 
f Université Paris Est, Faculté de Médecine, 94010 Créteil, France 
g Aixial-Pharma, 92300 Levallois-Perret, France 
h Bristol-Myers Squibb, 92500 Rueil-Malmaison, France 

Corresponding author at: Inserm U1018, 16, avenue Paul-Vaillant-Couturier, 94807 Villejuif cedex, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 9
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Abstract

Objectives

To describe the management of glucose-lowering agents in people with type 2 diabetes initially on oral monotherapy, cared for by French general practitioners, and to identify reasons underlying treatment non-intensification.

Methods

People with type 2 diabetes on oral monotherapy were recruited by general practitioners and followed-up over 12 months. Patient characteristics, HbA1c, and glucose-lowering treatments were recorded electronically. Management objectives and reasons for treatment non-intensification were solicited from the general practitioners.

Results

A total of 1212 patients were enrolled by 198 general practitioners; 937 patients (mean age 68 years) were treated with oral monotherapy, and 916 patients had at least two successive HbA1c values recorded. Of these, 390 patients (43%) had HbA1c6.5% on both occasions, and 164/390 (42%) had their treatment intensified. The 226 patients whose treatment was not intensified were older (69±11 years vs. 66±12 years, P=0.02) and had better glycaemic control at study inclusion (6.9%±0.6 vs. 7.3%±0.8, P<0.0001) than treatment intensified patients. Among uncontrolled patients, there were no differences in general practitioner treatment objectives at inclusion for treatment intensified and non-intensified patients; the main reason given by general practitioners for non-intensification was that the patient had an adequate HbA1c (66%). HbA1c did exceed the 6.5% target, but was less than 7.0% in 69% of cases.

Conclusions

General practitioners showed a patient-centred approach to treatment, but clinical inertia was apparent for 31% of the uncontrolled patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Objectifs

Décrire les pratiques des médecins généralistes français concernant l’intensification du traitement des diabétiques de type 2 mal-équilibrés et traités au départ par hypoglycémiants oraux en monothérapie et identifier les raisons d’une non-intensification du traitement.

Méthodes

Des diabétiques de type 2 sous monothérapie orale ont été recrutés par des médecins généralistes et suivis pendant 12 mois; leurs caractéristiques, HbA1c et traitements hypoglycémiants ont été enregistrés par électronique. Les objectifs de prise en charge par les médecins généralistes et les raisons d’une non-intensification de traitement ont été notés.

Résultats

Un total de 1212 patients avec un diabète de type 2 ont été recrutés par 198 généralistes ; 937 (âge moyen 68ans) ont été traités par hypoglycémiant oral en monothérapie, parmi lesquels 916 ont eu au moins deux mesures successives d’HbA1c. Parmi eux, 390 (43 %) ont présenté une HbA1c6,5 % deux fois au cours du suivi, et 164/390 (42 %) ont bénéficié d’une intensification de traitement. Les 226 patients n’ayant pas bénéficié de cette intensification étaient plus âgés (69±11 vs 66±12ans, p=0,02) et présentaient une meilleur équilibre glycémique à l’inclusion (6,9 %±0,6 vs 7,3 %±0,8, p<0,0001). Parmi les patients non-équilibrés, il n’y avait pas de différence des objectifs de traitement à l’inclusion selon qu’ils aient bénéficié d’un traitement intensifié ou pas ; les raisons d’une non-intensification étaient que l’HbA1c (66 %) étaient adéquates. En effet, l’HbA1c dépassaient la valeur cible de 6,5 % de moins de 0,5 % dans 69 % des cas.

Conclusions

Les médecins généralistes ont montré une approche centrée sur leur patient. Pour 31 % des patients mal-équilibrés, une inertie thérapeutique a toutefois été notée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Clinical inertia, HbA1c, Oral glucose-lowering medication, Pharmacoepidemiology, Treatment intensification, Type 2 diabetes

Mots clés : Diabète de type 2, HbA1c, Inertie thérapeutique, Intensification du traitement, Médicaments hypoglycémiants oraux, Pharmaco-épidémiologie


Plan


© 2016  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 77 - N° 6

P. 649-657 - décembre 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Long-term outcome of macroprolactinomas
  • Lori Képénékian, Hélène Cebula, Frédéric Castinetti, Thomas Graillon, Thierry Brue, Bernard Goichot
| Article suivant Article suivant
  • Current biomarkers of invasive sporadic pituitary adenomas
  • Xin Zheng, Song Li, Weihua Zhang, Zhenle Zang, Jintao Hu, Hui Yang

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.