Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Personnalités schizotypiques et schizoïdes - 20/12/16

[37-490-E-10]  - Doi : 10.1016/S0246-1072(16)55341-3 
S. Mouchabac a,  : Psychiatre, praticien hospitalier, G. Martinez a : Psychiatre, chef de clinique-assistant, M.-O. Krebs b : Psychiatre, Professeur des Universités, praticien hospitalier, chef de service, J.-D. Guelfi c : Psychiatre, professeur émérite de Paris-Descartes, praticien hospitalier
a Département de psychiatrie et psychologie médicale, CHU Saint-Antoine, 184, rue du Faubourg-Saint-Antoine, 75012 Paris, France 
b Service hospitalo-universitaire, hôpital Sainte-Anne, Paris, France 
c Clinique des maladies mentales et de l'encéphale (CMME), service des professeurs F. Rouillon et P. Gorwood, Hôpital Sainte-Anne, Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 13
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

La schizophrénie est née au début du xxe siècle. Très rapidement, des auteurs comme Kraepelin ou Bleuler ont décrit des formes atténuées de ce trouble, ainsi que des symptômes isolés survenant chez des apparentés non malades de patients schizophrènes. De ces observations sont nés les concepts de schizotypie et de schizoïdie. Le sens de ces mots a quelque peu varié selon les auteurs au fil du temps. La troisième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux ou DSM-III, publié en 1980 par l'Association américaine de psychiatrie, a proposé des critères diagnostiques distincts pour les personnalités schizotypiques, schizoïdes et borderline. Si de nombreux auteurs s'accordent à penser que les personnalités schizotypiques et les personnalités schizoïdes font partie du spectre de la schizophrénie, on ignore encore à ce jour si leur individualisation nosographique est réellement fondée. Le débat concernant la nature profonde de la schizotypie, taxonique ou dimensionnelle, est toujours actuel. Pour certains, la schizotypie n'est pas un trouble de la personnalité autonome mais une forme subsyndromique ou un stade évolutif du trouble schizophrénique. Les données disponibles, d'ordre génétique et épidémiologique, sont plutôt en faveur d'une grande proximité entre ces deux entités. C'est aussi ce qui ressort des résultats des analyses factorielles effectuées sur les données des outils psychométriques que sont les questionnaires et les échelles de schizotypie. Les études portant sur les cognitions, les facteurs neurophysiologiques ou la neuro-imagerie mettent aussi en évidence des anomalies communes dans la schizotypie et la schizophrénie, anomalies souvent atténuées, avec de nombreuses fonctions restant préservées dans la schizotypie. Les données sur la schizoïdie sont plus limitées. Pour beaucoup, cette catégorie diagnostique devrait même être supprimée. Les traitements pharmacologiques ont montré un intérêt limité dans la schizotypie. Les psychothérapies sont considérées comme le traitement principal. C'est surtout la valeur prédictive de ces catégories sur le pronostic et l'évolution qui constitue un enjeu véritable à une époque où l'on cherche à définir des fenêtres d'opportunité thérapeutique pour limiter la survenue de la maladie et élaborer des mesures de prévention ciblées de la schizophrénie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Schizotypie, Personnalité schizoïde, Personnalité schizotypique, Schizophrénie


Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Personnalité dépendante
  • G. Loas
| Article suivant Article suivant
  • Personnalités paranoïaques
  • P. Le Bihan, M. Bénézech

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.