Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Décès d’un chirurgien par rémifentanil, fentanyl et midazolam : explorations toxicologiques - 05/01/17

Surgeon death with remifentanil, fentanil and midazolam: toxicological data

Doi : 10.1016/j.toxac.2016.11.003 
Jérémy Lelong a, Nicolas Venisse a, Tyffanie Houpert b, Bertrand Brunet a, Patrick Mura a,
a Laboratoire de toxicologie et pharmacocinétique, centre hospitalier universitaire, 2, rue de la Milétrie, BP 577, 86000 Poitiers, France 
b Unité médico-judiciaire, institut médicolégal, centre hospitalier universitaire, 2, rue de la Milétrie, CS 90577, BP 577, 86000 Poitiers, France 

Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le jeudi 05 janvier 2017
Cet article a été publié dans un numéro de la revue, cliquez ici pour y accéder

Résumé

Les décès dus à une auto-administration de médicaments à visée anesthésique sont relativement rares en raison de la difficulté d’obtention de ces produits uniquement utilisés dans les hôpitaux. Dans la plupart des cas, il s’agit de personnel hospitalier (médecins, infirmiers…) qui détournent ce type de médicament dans un but suicidaire ou toxicomaniaque. Les suicides représentent la cause la plus fréquente de décès avec ce type de médicament mais le fort potentiel dépresseur respiratoire de cette classe médicamenteuse entraîne aussi des décès accidentels par overdose notamment. Le cas présenté décrit le décès d’un homme de 31 ans retrouvé en arrêt cardiorespiratoire dans les toilettes d’un hôpital. L’homme a été immédiatement pris en charge dans le secteur de soins intensifs mais la réanimation pratiquée pendant 45minutes n’a pas aboutie. Le lendemain du décès, une autopsie a été pratiquée et a révélé de nombreuses traces de ponctions récentes et plus anciennes sur les cuisses et les bras. Après l’autopsie, notre laboratoire a reçu divers prélèvements (sang cardiaque et périphérique, urine, humeur vitrée, cheveux). L’analyse toxicologique utilisant diverses techniques chromatographiques a mis en évidence la présence de rémifentanil, fentanyl, midazolam, tramadol, codéine et amiodarone. Le rémifentanil a pu être quantifié dans tous les milieux. La demi-vie très courte du rémifentanil le rend quasiment indétectable dans le sang. Des décès peuvent être observés même à des concentrations thérapeutiques s’il n’est pas administré correctement. À notre connaissance, il s’agit du premier cas décrit pour lequel le rémifentanil a pu être quantifié dans le sang postmortem.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Deaths due to self-administration of intravenous anesthetic/narcotic agents are rare because this type of products is difficult to obtain. Most of the cases are observed in hospitals or among hospital workers. Manner of death reported for such cases is suicide for a large majority but the potent respiratory depressant effect of the drugs can also lead to accidental deaths. A 31-year-old male was found in cardio-respiratory arrest in the toilet of a hospital. He was immediately taken to intensive care unit where resuscitation was attempted during 45minutes. The day after the death, autopsy was performed and revealed multiple fresh and older puncture marks on the thighs and arms. After autopsy, our laboratory received multiple biological samples (peripheral and cardiac blood, urine, vitreous humor, hair). Various chromatographic techniques were used to execute large unknown screenings and to quantitate the drugs present in biological samples. Toxicological analysis of peripheral blood revealed the presence of remifentanil, fentanyl, midazolam, tramadol, codeine, and amiodarone. Analysis of remifentanil was performed in peripheral and cardiac blood, urine, vitreous humor and hair. Remifentanil is a very short acting fentanyl analogue rapidly metabolized by esterases. Due to its very short half-life of 6 to 16min, remifentanil is almost never found in postmortem blood. Remifentanil can cause death even at therapeutic levels if not administered properly. To the best of our knowledge, this is the first report of a concentration of remifentanil in postmortem blood.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Fentanyl, Rémifentanil, Intoxication, Analyses post-mortem

Keywords : Fentanyl, Remifentanil, Intoxication, Post-mortem analysis


Plan


© 2016  Société Française de Toxicologie Analytique. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.