Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pertinence clinique de la détection précoce des anticorps anti-adalimumab dans la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante et le rhumatisme psoriasique : étude multicentrique prospective - 07/01/17

Doi : 10.1016/j.rhum.2016.11.007 
Ariela Hoxha a, , Antonia Calligaro a, Marta Tonello a, Roberta Ramonda a, Antonio Carletto b, Giuseppe Paolazzi c, Roberto Bortolotti c, Teresa Del Ross a, Chiara Grava d, Massimo Boaretto d, Maria Favaro a, Vera Teghil a, Amelia Ruffatti a, Leonardo Punzi a
a Unité de rhumatologie, département de médecine, université de Padoue, Via Giustiniani 2, 35128 Padoue, Italie 
b Unité de rhumatologie, département de médecine, université de Vérone, Piazzale L.A. Scuro 10, 37134 Vérone, Italie 
c Unité de rhumatologie, hôpital S. Chiara, Largo Medaglie D’oro 9, 38122 Trente, Italie 
d Département de médecine, hôpital S. Martino, Viale Europa, 22, 32100 Belluno, Italie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectifs

Évaluer la pertinence des anti-anticorps, (Ac) anti-adalimumab (ADA) et leur relation avec les caractéristiques cliniques et biologiques dans la polyarthrite rhumatoïde (PR), la spondylarthrite ankylosante (SpA) et le rhumatisme psoriasique (RP).

Méthodes

Cinquante-huit patients atteints de PR, SpA et RP ont été inclus de façon prospective. Les caractéristiques cliniques et biologiques, l’activité de la maladie, les anticorps anti-ADA, anti-nucléaires (ANA), anti-ADN double-brin (db), anti-antigènes nucléaires solubles (anti-ENA) et anti-phospholipides (aPL) ont été évalués à l’inclusion et après 4, 12 et 24 semaines de traitement par l’adalimumab.

Résultats

Des Ac anti-ADA ont été observés chez 11/58 (19 %) des patients. Ils ont été détectés à partir de la quatrième semaine de traitement chez 90,9 % des sujets positifs. Une réponse anti-ADA positive a été associée de manière significative à des niveaux sériques moyens d’adalimumab plus faibles (p=0,028). L’échec du traitement a été observé chez 20/58 (34,5 %) des patients et a été associé de manière significative à des Ac anti-ADA (p=0,035). Les taux sériques moyens d’adalimumab étaient significativement plus faibles chez les patients présentant un échec de traitement que chez les répondeurs, à la fois dans l’ensemble de la cohorte (p=0,005) et dans le groupe de patients positifs pour les anti-ADA (p=0,006). Des événements indésirables sont survenus plus souvent chez les patients ayant des anti-ADA que chez les patients qui n’en n’avaient pas (27,3 vs. 14,9 %).

Conclusions

Les Ac anti-ADA pourraient être considérés comme un marqueur précoce d’une mauvaise réponse clinique au traitement par l’adalimumab. Le suivi des ANA/anti-ENA/aPL en routine ne s’est pas révélé comme un outil utile pour prédire le développement des Ac anti-ADA.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Anticorps anti-adalimumab, Polyarthrite rhumatoïde, Spondylarthrite ankylosante, Rhumatisme psoriasique


Plan


 Ne pas utiliser, pour citation, la référence française de cet article mais la référence anglaise de Joint Bone Spine avec le DOI ci-dessus.


© 2016  Société Française de Rhumatologie. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 84 - N° 1

P. 31-36 - janvier 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Biothérapies dans le lupus systémique : de nouvelles cibles
  • Estibaliz Lazaro, Marc Scherlinger, Marie-Elise Truchetet, Laurent Chiche, Thierry Schaeverbeke, Patrick Blanco, Christophe Richez
| Article suivant Article suivant
  • Indice de masse corporelle et réponse au rituximab dans la polyarthrite rhumatoïde
  • Sébastien Ottaviani, Anaïs Gardette, Carine Roy, Florence Tubach, Ghislaine Gill, Elisabeth Palazzo, Olivier Meyer, Philippe Dieudé

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.