Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Indice de masse corporelle et réponse au rituximab dans la polyarthrite rhumatoïde - 07/01/17

Doi : 10.1016/j.rhum.2016.11.004 
Sébastien Ottaviani a, b, Anaïs Gardette a, b, Carine Roy b, c, Florence Tubach b, c, Ghislaine Gill a, b, Elisabeth Palazzo a, b, Olivier Meyer a, b, Philippe Dieudé a, , b
a Service de rhumatologie, hôpital Bichat Claude-Bernard, AP–HP, 46, rue Henri-Huchard, 75018 Paris, France 
b Université Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité, 75013 Paris, France 
c Département d’épidémiologie biostatistique et recherche clinique, Inserm, CIE801, hôpital Bichat Claude-Bernard, AP–HP, 46, rue Henri-Huchard, 75018 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 5
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Plusieurs études ont suggéré que l’obésité pouvait avoir une influence négative sur la réponse aux anti-TNFα mais il n’existe aucune donnée sur la réponse au rituximab (RTX). Nous avons voulu déterminer si l’indice de masse corporelle (IMC) pouvait affecter la réponse au RTX dans la PR.

Méthodes

Nous avons analysé de manière rétrospective les données de 114 patients atteints de PR et traités par RTX. La variation à 6mois du Disease Activity Score (DAS28), du score douleur sur l’échelle visuelle analogique (EVA), de la vitesse de sédimentation (VS), du taux de protéine C-réactive (CRP), du nombre d’articulations douloureuses (NAD) et du nombre d’articulations gonflées (NAG) par rapport aux valeurs initiales était analysée. Le critère principal de jugement était la diminution du DAS281,2. Les critères secondaires étaient la bonne réponse EULAR et la rémission EULAR.

Résultats

L’IMC médian initial (intervalle interquartile) était de 26,8 (1,8–23,23–31) kg/m2. Le nombre de patients avec un IMC normal, en surpoids et obèses était respectivement de 38, 41 et 35. À 6mois, le nombre de patients atteints de PR qui rapportaient une diminution du DAS281,2 ainsi qu’une bonne réponse thérapeutique EULAR et une rémission EULAR était respectivement de 44 (38,6 %), 27 (23,7 %) et 24 (21,1 %). En analyse univariée, l’IMC médian était similaire chez les sujets répondeurs et non répondeurs pour une diminution du DAS281,2 (26,9 [1,1–24,24–30] vs. 26,8 [2–6,6–23,23–31], p=0,78), une bonne réponse EULAR (27,7 [3–7,7–24,24–30] vs. 26,7 [3–5,5–22,22–31], p=0,57) et une rémission EULAR (26,9 [1–8,8–24,24–30] vs. 26,8 [2–5,5–23,23–31], p=0,94). L’analyse multivariée ajustée confirmait l’absence de corrélation entre l’IMC et les différents critères de réponse au RTX. L’IMC était seulement négativement corrélé à une baisse du ΔNAG (p=0,0276) et du ΔNAD (p=0,0233).

Conclusion

L’IMC n’avait aucun impact négatif sur la réponse au RTX dans la PR. Ces données constituent une aide dans le choix d’une biothérapie pour les patients obèses atteints de PR.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Obésité, Rituximab, Polyarthrite rhumatoïde, Tissu adipeux


Plan


 Ne pas utiliser, pour citation, la référence française de cet article mais la référence anglaise de Joint Bone Spine avec le DOI ci-dessus.


© 2016  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 84 - N° 1

P. 37-41 - janvier 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Pertinence clinique de la détection précoce des anticorps anti-adalimumab dans la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante et le rhumatisme psoriasique : étude multicentrique prospective
  • Ariela Hoxha, Antonia Calligaro, Marta Tonello, Roberta Ramonda, Antonio Carletto, Giuseppe Paolazzi, Roberto Bortolotti, Teresa Del Ross, Chiara Grava, Massimo Boaretto, Maria Favaro, Vera Teghil, Amelia Ruffatti, Leonardo Punzi
| Article suivant Article suivant
  • Coûts d’utilisation des services de soins de santé imputables à la polyarthrite rhumatoïde en France : analyse d’une base de données représentative nationale
  • Bruno Fautrel, Gabrielle Cukierman, Jean-Michel Joubert, Caroline Laurendeau, Julie Gourmelen, Francis Fagnani

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.