Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Dermatologie pédiatrique - 13/02/17

[2-0800]  - Doi : 10.1016/S1634-6939(16)74682-5 
C. Léauté-Labrèze
 Unité de dermatologie pédiatrique, Hôpital Pellegrin-Enfants, place Amélie-Raba-Léon, 33076 Bordeaux, France 

Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le mardi 14 février 2017

Résumé

Contrairement aux idées reçues, la peau de l'enfant est mature très rapidement après la naissance et seule la peau des prématurés pose des problèmes particuliers. Cependant, certaines précautions doivent être prises en ce qui concerne les traitements topiques, car il y a un risque plus grand d'intoxication en raison d'un rapport surface cutanée/volume de distribution plasmatique inférieur à celui de l'adulte. Chez l'enfant, toute tumeur congénitale de la ligne médiane doit faire suspecter la possibilité d'un dysraphisme et devant une tumeur dont le diagnostic clinique n'est pas évident, une biopsie et/ou un avis spécialisé doit être demandé. Les tumeurs les plus fréquentes sont les hémangiomes, certaines formes sont systématisées et peuvent être associées à des malformations. Les infections cutanées sont fréquentes. L'impétigo reste la principale dermatose bactérienne ; il complique fréquemment une autre dermatose comme une gale, une pédiculose, une dermatite atopique ou un prurigo. L'urticaire est une affection bénigne chez l'enfant ; les infections virales en sont les principales causes. Parmi les exanthèmes fébriles, les exanthèmes maculopapuleux, qui sont les plus fréquents, sont généralement sans gravité. En revanche, la survenue brutale d'un exanthème scarlatiniforme compliquant une infection focale (panaris, plaie infectée) doit faire évoquer l'hypothèse d'un syndrome toxinique comme une épidermolyse staphylococcique ou un choc toxique. En outre, tout exanthème fébrile persistant chez un enfant, sans point d'appel infectieux mais associé à un syndrome inflammatoire biologique, doit faire évoquer une maladie de Kawasaki. Les exanthèmes peu ou non fébriles sont représentés essentiellement par le pityriasis rosé de Gibert, le syndrome de Gianotti-Crosti et l'exanthème asymétrique périflexural. La dermatite atopique est la dermatose inflammatoire la plus fréquente du nourrisson et de l'enfant ; le psoriasis est beaucoup plus rare.


Mots-clés : Angiomes, Pyodermites, Exanthème, Maladie de Kawasaki, Dermatite atopique, Phacomatose


Plan


© 2017  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.