Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Malformation du visage et défiguration : prise en charge psychologique dans la clinique de la monstruosité faciale - 23/02/17

Facial malformation and disfigurement: Psychological support in the clinical treatment of facial monstrosity

Doi : 10.1016/j.alter.2016.10.004 
Caroline Demeule a, , b, c
a Pôle de chirurgie neurosensorielle, service de chirurgie maxillo-faciale et stomatologie, groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, 75013 Paris, France 
b ESAT Moulin-Vert, 29-37, rue Deslandes, 92230 Gennevilliers, France 
c UFR d’études psychanalytiques, université Paris VII, 75013 Paris, France 

Correspondance.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 15
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Le visage représente symboliquement le support de l’identité. Dans un service de chirurgie maxillo-faciale, les visages malformés et défigurés constituent une clinique de la monstruosité faciale. Fréquemment verbalisée, la référence à la monstruosité apparaît comme une évidence et partage avec la difformité faciale ses caractéristiques principales : archaïsme, démesure, paradoxe et hybridité. La catégorie du monstrueux éclaire les processus psychiques pris au cœur de la difformité faciale, où la subjectivité se retrouve souvent mise à mal. Pour s’approprier ce visage monstrueux, les patients peuvent mettre en œuvre leurs capacités créatrices à travers des théories somatiques infantiles où émergent des processus archaïques accueillis dans l’écoute clinique. Dans cette clinique si particulière, la dimension spéculaire est prégnante, et le psychologue doit alors repenser sa posture clinique : si la rencontre avec le sujet constitue l’occasion d’une mise en mots du visage monstrueux, le clinicien remplit aussi un rôle de miroir symbolique. Des cas cliniques illustrent la pertinence de ce double mouvement dans l’espace psychothérapeutique, s’appuyant sur le langage et le regard, pour soutenir un travail de (re)subjectivation et de reconstruction narcissique, et accompagner le sujet vers une (ré)appropriation de son visage.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

The face symbolically represents the underpinning of identity. In a department of maxillofacial surgery, deformed and disfigured faces make up a clinical practice of facial monstrosity. Frequently verbalized, the reference to monstrosity seems self-evident and the notion of the monster shares with facial deformity its principal characteristics: archaism, excess, paradox and hybridity. The category of the monster illuminates the psychic processes at the heart of facial deformity, where subjectivity is often in difficulty. To appropriate this monstrous face, patients may bring to bear their creative capacities through infantile somatic theories from which archaic processes emerge which are received in therapeutic listening. In this very particular therapeutic situation, the specular dimension is significant, and the psychologist must thus rethink his or her clinical posture; if the encounter with the subject constitutes the occasion for the articulation in words of the monstrous face, the clinician also plays the role of a symbolic mirror. Clinical case studies here illustrate the pertinence of this double movement in psychotherapeutic space, based on language and gaze, to support the work of (re)subjectivation and narcissistic reconstruction, and to accompany the subject towards the (re)appropriation of his or her face.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Visage, Malformation, Monstrueux, Monstre, Clinique, Psychologie

Keywords : Face, Malformation, Monstrous, Monster, Psychology


Plan


© 2016  Association ALTER. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 11 - N° 1

P. 50-64 - janvier 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Julia Pastrana, the “extraordinary lady”
  • Rosemarie Garland-Thomson
| Article suivant Article suivant
  • Agent orange, monsters, and we humans
  • Susan Schweik

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.