Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Impact économique à l’hôpital de dispositifs médicaux non remboursés en sus des GHS : exemple des prothèses de renfort biologiques - 19/03/17

Economic evaluation of medical devices not included in the French list of products and services qualifying for reimbursement: Example of biologic meshes

Doi : 10.1016/j.pharma.2017.01.005 
A. Sainfort a, , I. Denis-Hallouard b, G. Aulagner a, O. Nuiry b, X. Armoiry c
a Pharmacie, hospices civils de Lyon, 69500 Bron, France 
b Pharmacie des dispositifs médicaux, centre hospitalo-universitaire de Saint-Étienne, 42055 Saint-Étienne, France 
c Cellule innovation/UMR-CNRS 5510/Mateis, délégation à la recherche clinique et à l’innovation, hospices civils de Lyon, 69500 Bron, France 

Auteur correspondant. Centre hospitalier d’Ardèche Nord, service pharmacie, rue du Bon-Pasteur, BP 119, 07103 Annonay, France.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le dimanche 19 mars 2017
Cet article a été publié dans un numéro de la revue, cliquez ici pour y accéder

Résumé

Objectif

Présenter une méthodologie d’évaluation de l’impact économique des dispositifs médicaux (DM) non remboursés en sus des groupes homogènes de séjours (GHS) à travers l’exemple des prothèses biologiques de renfort pariétal.

Méthodes

Étude multicentrique rétrospective de cohorte incluant tout patient ayant bénéficié d’une bioprothèse sur la période janvier 2010–avril 2014 (CHU de Saint-Étienne) ou janvier 2010–mars 2015 (hospices civils de Lyon). Les coûts ont été évalués au moyen de l’étude nationale des coûts à méthodologie commune (2012) et les dépenses engagées par l’hôpital ont été comparées aux montants moyens des groupes homogènes de malade (GHM) et aux recettes perçues au titre des GHS. L’analyse a pris en compte uniquement les coûts en dispositif médical implantable (DMI).

Résultats

L’étude a inclus 36 patients avec 38 bioprothèses (25 Protexa® [66 %], 11 Permacol® [29 %] et 2 Strattice® [5 %]). Les établissements ont perçu en moyenne 10 496±5562 € par séjour. En moyenne, la part des dépenses allouées à la prothèse a constitué plus de 38 % du tarif des GHS correspondant et représenté un poids moyen de 28 % du montant des GHM. Le surcoût moyen lié aux bioprothèses était de 3793±2292 euros par comparaison au montant moyen associé aux DMI des GHM.

Conclusion

Au vu de l’utilisation actuellement restreinte des bioprothèses, l’impact budgétaire hospitalier lie aux prothèses biologiques semble actuellement limité bien que le surcoût moyen par patient soit très significatif. L’utilisation des données de comptabilité analytiques hospitalières peut être utile dans le contexte de prise de décision autour de DM non remboursés en sus des GHS.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Objectives

To present a method aimed to evaluate the economic impact associated with the use of medical devices (DM) not reimbursed in addition to diagnosis related groups (DRGs) tariffs using the example of biological meshes for parietal reinforcement.

Methods

In this multicenter retrospective cohort study, we included all patients who received a biological mesh between January 2010–April 2014 (University hospitals of Saint-Étienne, France) or between January 2010–March 2015 (Lyon University hospitals, France). Measured costs associated with biologic meshes were compared to those of the “Étude nationale des coûts à méthodologie commune” (2012) to weigh the economic impact of biologic meshes with the French DRGs costs. We also compared these costs to the fares perceived by the hospital from the French sickness fund (GHS).

Results

Thirty-six patients received a biological mesh and were treated by a total of 38 biological meshes. Of these, the implant was Protexa®, Permacol® and Strattice® in 66%, 29% and 5% of cases respectively. The hospitals incomes were 10,496±5562€ per stay. Meshes-related expenditures represented in average 28% of DRGs costs and 38% of GHS tariffs. The mean additional cost for biological meshes was 3793±2292 euros compared to the mean cost on implantable medical devices in the French DRGs.

Conclusion

Given their currently restricted use, the hospital budget impact of biological meshes remains limited although the incremental cost per patient is substantial. Analytic costs data can be useful within the scope of decision-making related to DM not refunded by the French health system.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Chirurgie viscérale, Prothèses biologiques, Dispositifs médicaux, Coûts hospitaliers, Tarification à l’activité

Keywords : Biologic mesh, Visceral surgery, Medical devices, Hospital costs


Plan


© 2017  Académie Nationale de Pharmacie. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.