Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Hyperactivité vésicale idiopathique : efficacité et tolérance des traitements pharmacologiques : revue de la littérature - 19/03/17

Efficacy and safety of available therapies in the management of idiopathic overactive bladder: A systematic review of the literature

Doi : 10.1016/j.purol.2016.12.011 
J. Moyson , F. Legrand, M. Vanden Bossche, T. Quackels, T. Roumeguère
 Hôpital universitaire Erasme ULB, 808, route de Lennik, 1070 Bruxelles, Belgique 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 26
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

But

Étudier l’efficacité et les effets indésirables des différentes lignes pharmacologiques dans le traitement de l’hyperactivité vésicale idiopathique (HAVi).

Méthode

Recherche sur PubMed des méta-analyses et des essais randomisés contrôlés depuis 2005 portant sur l’efficacité et les effets indésirables des anticholinergiques, de la toxine botulinique et du mirabégron.

Résultats

Ont été retenus 10 méta-analyses s’intéressant aux anticholinergiques ; 16 essais randomisés contrôlés (ERC) comparant la toxine botulinique A soit à un anticholinergique, soit à un placebo et 10 ERC étudiant le mirabégron. Toutes les molécules étudiées ont montré une efficacité par rapport à un placebo dans le traitement de l’HAVi. Les anticholinergiques restent le traitement pharmacologique de 1re ligne permettant une diminution significative du nombre (nb) d’épisodes d’incontinence (−5/semaine) et du nb de mictions (−4/semaine) ainsi qu’une perception d’amélioration subjective des symptômes rapportés par 56 % des patients traités contre 41 % pour le groupe placebo (RR : 1,39 [95 % IC : 1,28–1,51]). L’effet secondaire principalement rapporté reste la sécheresse de bouche (30 % contre 8 % dans le groupe placebo). Les injections de toxine botulinique A semblent relativement comparables aux anticholinergiques en première ligne avec une diminution du nb d’incontinences urinaires par urgence (IUU) de 3,3/j dans le groupe toxine versus 3,4/j dans le groupe anticholinergique (p=0,81). On observe par ailleurs un meilleur taux de résolution complète de l’incontinence urinaire dans le groupe toxine (27 % vs 13 % p=0,03) mais des effets indésirables non négligeables tels que des infections urinaires basses (33 % vs 13 % p>0,01) et risque de recours à l’auto-sondage (5 % vs 0 % p=0,01). Au vu du caractère invasif des injections de toxine et de leurs effets secondaires, ce traitement reste une thérapie de 2e ligne. Il en est de même pour le mirabégron : efficacité similaire (nb d’IUU dans le groupe mirabégron 50mg −1,74 vs −1,53 dans le groupe solifénacine 5mg, p>0,5) mais effets secondaires différents avec en premier lieu une hypertension artérielle (le taux de sécheresse buccale étant comparable à celui dans le groupe placebo). Le choix du recours à un anticholinergique ou au mirabégron doit se faire en fonction de la balance efficacité/tolérance à estimer pour chaque patient.

Conclusions

Les différentes molécules ont montré leur efficacité dans le traitement de l’HAVi avec une tolérance acceptable. Nous manquons de données de comparaisons directes entre les différents traitements disponibles. Des études sont nécessaires pour évaluer l’intérêt possible d’une combinaison de ces molécules ainsi que la recherche de facteurs prédictifs de réponse à ces différentes thérapies.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Objective

Study the efficacy and adverse events of different pharmacological lines in the treatment of idiopathic overactive bladder (iOAB).

Methods

PubMed research on meta-analyses and randomized controlled trials (RCT) focused on the efficacy and adverse effects of anticholinergics, botulinum toxin and mirabegron since 2005.

Results

Ten meta-analyses of anticholinergics were selected; 16 randomized controlled trials (ERC) comparing botulinum toxin A to either anticholinergic or placebo and 10 ERC studying mirabegron. All the molecules studied showed efficacy compared to placebo in the treatment of iOAB. Anticholinergics remain the first-line pharmacological treatment allowing a significant reduction in the number (nb) of incontinence (−5/week) and in the number of urination (−4/week) as well as a perception of subjective improvement of the symptoms reported by 56 % of the patients treated against 41 % for the placebo group (RR: 1.39 [95 % CI: 1.28–1.51]). The most commonly reported side effect is dry mouth (30 % vs. 8 % in the placebo group). Injections of botulinum toxin A appear to be relatively comparable to anticholinergics in the first line with a decrease in urinary emergency incontinence (UTI) of 3.3/d in the toxin group versus 3.4/d in the anticholinergic group (P=0.81). There was also a higher rate of complete resolution of urinary incontinence in the toxin group (27 % vs. 13 % P=0.03) but significant adverse effects such as lower urinary tract infections (33 % vs. 13 % P>0.01). And the risk of using self-catheterization (5 % vs. 0 % P=0.01). In view of the invasive character of the toxin injections and their side effects, this treatment remains a 2nd line therapy. The same is true for mirabegron: similar efficacy (IUU number in the mirabegron group 50mg −1.74 vs. −1.53 In the solifenacin group 5mg, P>0.5) but different side effects with arterial hypertension (the oral dryness rate being comparable to that in the placebo group). The choice of use of anticholinergic or mirabegron should be based on the balance of efficacy/tolerance to be estimated for each patient.

Conclusion

The different molecules have shown their efficacy in the treatment of iOAB with acceptable tolerance. There is a lack of direct comparisons between treatments available. Further studies are needed to evaluate the possible interest of a combination of these molecules as well as the search for predictive factors of response to these different therapies.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Hyperactivité vésicale idiopathique, Anticholinergiques, Mirabégron, Toxine botulinique, Efficacité, Tolérance

Keywords : Idiopathic overactive bladder, Antimuscarinic, Mirabegron, Botulinum toxin, Efficacy, Safety


Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 27 - N° 4

P. 203-228 - mars 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La bandelette urinaire est-elle utile en urologie ?
  • F. Bruyère
| Article suivant Article suivant
  • Évaluation de la qualité de vie et des symptômes avant et après prise en charge chirurgicale des fistules rectovaginales
  • A. Leroy, H. Azaïs, G. Giraudet, M. Cosson

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.