Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Quel test d’évaluation chez le patient artéritique de stade II : test de Strandness ou test de l’escabeau ? - 10/04/17

Doi : 10.1016/j.jdmv.2017.01.141 
J. Strapart , Q. Devreese, J.C. Wautrecht
 Service de pathologie vasculaire, hôpital Erasme, Bruxelles, Belgique 

Auteur correspondant.

Résumé

La claudication intermittente (CI) (AOMI stade II de Fontaine-Leriche) est la manifestation clinique la plus fréquente de la maladie athéromateuse au niveau des membres inférieurs. Elle engendre une réduction de la capacité fonctionnelle. Le traitement de choix de la CI est le réentraînement physique supervisé. Pour évaluer la limitation fonctionnelle, le médecin ou kinésithérapeute utilise le test de Strandness, test de marche sur tapis roulant. Le même test en utilisant un escabeau serait-il plus simple et aussi efficace ? Notre étude a pour objectif de comparer le test avec un escabeau avec le test de Strandness. L’échantillon étudié est constitué de 17 patients ayant une claudication intermittente. Nous avons demandé à chacun de faire le test de Strandness et le test de l’escabeau. Le test de Strandness consiste à faire marcher le patient sur un tapis roulant à une vitesse de 3,2km/h avec une pente de 10 % jusqu’à l’apparition de la douleur obligeant le patient à s’arrêter. Le test de l’escabeau consiste à monter et descendre la première marche de celui-ci de manière répétée et le plus rapidement possible jusqu’à l’apparition de la douleur. Nous avons mesuré les pressions de perfusion et l’IPS avant l’effort, après l’effort et en récupération ainsi que les distances, les cycles et les temps de gêne et de douleur. Nos résultats montrent que nos patients ont une distance-gêne de 93,6±50,1 mètres, mais peuvent parcourir un maximum de 206,5±142,5 mètres sur le tapis roulant. L’IPS évolue de 0,69±0,18 au repos pour atteindre 0,33±0,17 en fin d’effort. Sur l’escabeau, les patients réalisent 28,4±21,4 cycles avant de ressentir une gêne mais arrivent encore à réaliser 51,1±41,8 cycles avant de s’arrêter. L’IPS évolue de 0,70±0,22 au repos pour atteindre 0,41±0,26 en fin d’effort. Les autres variables ne montrent pas de corrélations. Les valeurs de l’IPS varient dans les mêmes proportions pour le test de Strandness et le test de l’escabeau. Les deux tests induisant les mêmes effets vasculaires, le médecin ou le kinésithérapeute pourra utiliser le test de l’escabeau car plus pratique (moins de place et moins coûteux) et plus rapide pour mettre en évidence une claudication intermittente. Par contre, les distances ou cycles et les temps réalisés lors de l’effort ne présentent aucune corrélation entre les deux tests. Nous ne pourrons donc pas utiliser le test de l’escabeau pour évaluer la capacité fonctionnelle chez un patient artéritique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Claudication intermittente, Test de Strandness, Test de l’escabeau, Artériopathie des membres inférieurs


Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 42 - N° 2

P. 115 - mars 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Un anévrysme majeur de l’aorte abdominale révélant une maladie de Marfan associée à une nouvelle mutation génétique
  • L. Filippetti, J. Risse, S. Zuily, D. Wahl
| Article suivant Article suivant
  • Manifestations cardiaques au cours de la maladie de Behçet : à propos de 3 observations
  • M. Ammi, A. Hatri, O. Hocine, F. Hamrour, F. Kessal, A. Mammeri, S. Zekri, R. Guermaz, M. Brouri

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.