Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Handicap visuel et maintien en emploi : étude dans la rétinite pigmentaire - 19/04/17

Doi : 10.1016/j.rfo.2017.03.013 
Anne-Elisabeth Chaumet-Riffaud , Anaelle Cariou, Isabelle Audo, Jose Sahel, Saddek Mohand-Said
 Centre hospitalier des 15-20, Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

La rétinite pigmentaire entraîne une perte de champ visuel périphérique souvent à l’origine d’un handicap visuel sévère avant 40 ans. Cette étude analyse les conséquences de la RP sur l’insertion professionnelle et l’emploi d’adultes jeunes.

Méthodologie

Étude prospective chez 148 sujets atteints de RP résidant en France. Classification du handicap visuel basé sur un bilan visuel inférieur à 2 ans, évaluation sur 3 types de critères : qualité de vie (NEI-VFQ-25), état psychologique (HADS) et emploi (questionnaire validé dans une étude pilote).

Résultats

22 % étaient malvoyants légers, 30 % basse vision et 48 % aveugles. Une corrélation significative a été démontrée entre le score qualité de vie et l’acuité visuelle, le score VFQ et le champ visuel résiduel. Les scores HAD étaient évocateurs d’un état anxieux dans 35 % des cas et d’un état dépressif dans 13 %. Le pourcentage faisant des études supérieures baissait avec le niveau de handicap : 55 % des malvoyants profonds vs 76 % des malvoyants légers (p<0.05). Le pourcentage de sujets en poste tendait à diminuer avec la sévérité de l’atteinte : 80 % des malvoyants légers ou basse vision travaillaient vs 68 % des aveugles. Le taux d’emploi ne différait pas entre les hommes et les femmes, 76 % vs 71 %. Respectivement 39 % classés basse vision et 68 % aveugle étaient reconnus travailleurs handicapés : 23 % et 52 % avaient bénéficié d’aides à l’emploi. Des facteurs professionnels majorant le risque d’accident du travail ont été notés chez 75 % classés basse vision et 51 % classés aveugle. Environ 50 % avait informé leur employeur ou le médecin du travail de leur handicap : moins d’un tiers a bénéficié d’un aménagement de poste. Deux-tiers des sujets classés basse vision considéraient que la RP avait un impact négatif sur leur travail et 78 % des aveugles. Un tiers des sujets classé basse vision ou aveugle envisageait une reconversion professionnelle dans les 12 prochains mois. Plus d’un tiers de l’échantillon étaient demandeur d’informations complémentaires sur le statut TH et les aides à l’emploi malgré un diagnostic remontant à plus de 10 ans en moyenne.

Conclusion

Ces résultats mettent en exergue la nécessité d’un soutien médico-professionnel avant l’installation d’un handicap visuel sévère. Ils confirment la faisabilité dans un centre de référence national et l’utilité d’une approche pluridisciplinaire associant médecin du travail, psychologue et assistante sociale pour faciliter l’orientation professionnelle et le maintien en emploi de sujets déficients visuels.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Rétinite pigmentaire, Emploi, Handicap visuel


Plan


 Cet abstract est la reprise d’un poster publié dans Les Archives des Maladies Professionnelles et de l’environnement volume 77 fascicule 3. Il ne pourra être cité qu’avec sa référence initiale. Pour consulter cet article : http://dx.doi.org/10.1016/j.admp.2016.03.073.


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 10 - N° 1

P. 24 - janvier 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Rappels anatomiques et physiologiques de la vision dans l’action
  • Hortense Chatard
| Article suivant Article suivant
  • Exigence de la tâche et aptitude visuelle
  • Aouatef Aouatef Mahfoudh, Ines Rassas, Salma Kammoun, Amira Omrane, Lamia Bouzgarrou, Taoufik Khalfallah

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.