Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Ocfentanil, un nouveau produit de synthèse mortel découvert grâce à l’analyse d’une poudre - 22/04/17

Doi : 10.1016/j.toxac.2017.03.011 
N. Allibe 1, , H. Eysseric 1, 2, F. Chiron 3, N.F. Sam-Laï 4, A. Barret 3, F. Paysant 1, 3, M. Mallaret 4, F. Stanke-Labesque 2, V. Scolan 1, 3
1 Laboratoire de médecine légale, université Grenoble-Alpes, France 
2 Laboratoire de pharmacologie-toxicologie, CHU Grenoble-Alpes, France 
3 Clinique de médecine légale, CHU Grenoble-Alpes, France 
4 CEIP-addictovigilance, CHU Grenoble-Alpes, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

Présenter le premier cas français de décès imputable à un NPS analogue du fentanyl [1, 2].

Description

Une femme de 30 ans est découverte décédée à son domicile avec à proximité un garrot, des seringues et un sachet de poudre de couleur rose. L’autopsie révèle de nombreux points d’injection au niveau du pied gauche et du pli du coude droit et conclut à un décès par syndrome asphyxique avec congestion généralisée des viscères.

Méthodes

Nous disposons de prélèvements de sang cardiaque et périphérique, d’humeur vitrée, de bile, de contenu gastrique, de cheveux et d’écouvillons nasaux. Une expertise toxicologique de référence est réalisée. La poudre est analysée par GC-MS. Des dosages de confirmation de l’ocfentanil sont réalisés par LC-MS/MS. Au total, 200μL d’échantillon sont traités avec 200μL de réactif de précipitation (acide sulfosalicylique, 500mg/mL) contenant le standard interne deutéré (fentanyl-d5). Après centrifugation, le surnageant est injecté pour subir une première phase d’extraction suivie d’une séparation en ligne sur colonne Oasis HLB® (Waters) puis une séparation chromatographique sur colonne XSelect® (Waters). La quantification est réalisée en mode d’ionisation positif sur un API4000 Sciex®. Deux transitions sont enregistrées pour l’ocfentanil (m/z : 371,3/105,1 et 371,3/188,2) et 1 transition pour le fentanyl-d5 (m/z : 342,3/188,2).

Résultats

Les analyses toxicologiques révèlent une alcoolémie à 0,20g/L, des concentrations sanguines de paracétamol à 3mg/L, de caféine à 0,7mg/L et des traces non quantifiables de morphine libre (<5μg/L). L’analyse de la poudre en GC-MS a révélé la présence d’héroïne (0,6 %), de paracétamol (37 %), de caféine (44 %), d’ocfentanil (1,2 %) et des impuretés classiques de l’héroïne (noscapine, papavérine…). Le dosage ciblé d’ocfentanil en LC-MS/MS avec un étalonnage de 0,01 à 20μg/L permet de mettre en évidence sa présence dans tous les milieux biologiques (sang périphérique : 3,7μg/L ; sang cardiaque : 3,9μg/L ; humeur vitrée : 2,0μg/L ; bile : 8,4μg/L et contenu gastrique : 2,5μg/L), excepté les écouvillons nasaux qui sont négatifs.

Conclusion

Les résultats sont en faveur d’une injection de la poudre ayant entraîné un décès imputable à l’ocfentanil, opioïde de synthèse 3 fois plus puissant que le fentanyl [3]. Les screenings toxicologiques réalisés en GC-MS, y compris dans la bile, n’ont pas permis de révéler l’ocfentanil à cause de très faibles concentrations. L’intérêt majeur pour le diagnostic toxicologique de disposer des produits retrouvés près du corps ou dans l’entourage d’un patient hospitalisé, est à rappeler aux enquêteurs, aux cliniciens et aux magistrats.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 29 - N° 2S

P. S17-S18 - mai 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Dried Saliva Spots (DSS), tests immunochimiques de dépistage salivaire et produits stupéfiants
  • C. Richeval, M. Nachon-Phanithavong, J.-F. Wiart, X. Vanhoye, L. Humbert, J.-M. Gaulier, D. Allorge
| Article suivant Article suivant
  • Décès sous méthadone chez une adolescente : apport de la pharmacogénétique à l’identification des causes du décès
  • V. Baillif-Couniou, C. Sastre, B. Hennart, M.-C. Dhaenens, D. Allorge, J.-M. Gaulier, A. Artaud, C. Lebreton, M.-D. Piercecchi-Marti, G. Léonetti, A.-L. Pélissier-Alicot

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.