Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Changeons nos pratiques ! À propos de deux cas d’intoxication à la 4-méthyléthcathinone (4-MEC) - 22/04/17

Doi : 10.1016/j.toxac.2017.03.018 
J. Gambier 1, , J.-C. Boyer 2, A. Chataignier 1, F. Basset 1, N. Bertrand 1, A. Dorandeu 3, M. Benslima 3
1 Équipe de liaison et de soins en addictologie, CHU de Nîmes, France 
2 Unité de toxicologie, service de biochimie, CHU de Nîmes, France 
3 Institut de médecine légale, CHU de Nîmes, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

Depuis 2010, le phénomène « chemsex » se développe dans la communauté HSH (homme ayant des relations sexuelles avec des hommes). Alors que le dispositif DRAMES fait état de peu de décès impliquant l’usage de cathinones, les informations recueillies auprès des usagers HSH donnent l’impression d’une « véritable hécatombe ». En s’appuyant sur deux cas d’intoxication (un décès et une surdose), nous essayons de montrer comment le changement de nos pratiques associé à un meilleur partage d’informations entre addictologues, toxicologues et légistes permettraient d’améliorer les connaissances sur la morbidité des nouveaux produits de synthèse (NPS).

Cas

Cas 1 : Un quinquagénaire pris en charge pour coma. Cas 2 : Un homme de 40 ans retrouvé sans vie. Des prélèvements de routine (cas 1) et post-mortem (cas 2) sont remis au laboratoire. Le dépistage urinaire des amphétaminiques est réalisé par technique immuno-enzymatique CEDIA. Les dosages dans le sang et l’urine d’une quarantaine de stupéfiants (incluant 4 cathinones) sont réalisés par des techniques validées de LC-MS/MS à l’exception des cannabinoïdes dosés par GC-MS. Un criblage toxicologique large (ciblé et non ciblé) après extraction acide et basique dans les liquides biologiques est mis en œuvre par techniques chromatographiques LC-UV/BD et LC-MS/MS (bibliothèque spectrale contenant 1254 spectres dont 14 cathinones).

Résultats

Cas 1 : un résultat positif aux amphétamines est rendu aux réanimateurs permettant de conclure à un coma sur prise d’amphétamines. Cas 2 : le dosage par LC-MS/MS des principaux stupéfiants (cannabinoïdes, opiacés, amphétaminiques et cocaïniques) s’avère uniquement positif à la méphédrone dans le sang périphérique (29ng/mL), alors qu’un pic chromatographique avec un spectre UV identifié comme étant celui de la méphédrone est mis en évidence dans tous les liquides biologiques par LC-UV/BD. Aucun spectre de masse n’est cependant reconnu dans la bibliothèque spectrale du laboratoire. Un retraitement manuel des données de criblage permet de mettre en évidence un spectre intense contenant majoritairement un fragment m/z à 192,2 commun à la 4-MEC, la pentedrone et la 3,4-DMMC. Une demande aux autorités requérantes des commémoratifs précise qu’un sachet de granulés verts « HollyGreen » (appellation de la 4-MEC sur Internet) a été retrouvé. Une nouvelle technique de dosage LC-MS/MS confirme la présence de 4-MEC (sang périphérique : 4,95mg/L). Compte-tenu de l’anamnèse du cas 2, des analyses complémentaires sont effectuées pour le cas 1 : la présence de 4-MEC est confirmée dans le sang à un niveau de concentration très élevé (29,9mg/L) jusqu’à présent non décrit dans la littérature [1].

Conclusion

L’émergence des NPS impose un changement des pratiques analytiques et médicales. En l’absence de consensus analytique clairement établi, le dépistage de cathinones peut donner lieu à des discordances de résultats selon les stratégies analytiques disponibles au laboratoire. Dès lors, les résultats hospitaliers positifs en amphétaminiques par technique immuno-enzymatique seront confirmés en LC-MS/MS par une technique ciblée sur les principales cathinones dont la 4-MEC. Une notification précise des cas a été faite auprès du CEIP régional et dispositif DRAMES. Nous envisageons la mise en place d’une réunion de concertation multidisciplinaire entre addictologues, toxicologues, et légistes en relation avec le CEIP régional afin d’améliorer nos pratiques respectives.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 29 - N° 2S

P. S21-S22 - mai 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • « Chemsex » : 2 cas de décès
  • S. Allard, C. Monteil-Ganiere, G. Visseaux, G. Deslandes, R. Clément
| Article suivant Article suivant
  • Intoxication aiguë et consommation chronique de cathinones chez un polyconsommateur
  • M. Nachon-Phanithavong, C. Richeval, J.-M. Gaulier, L. Humbert, J. Tournebize, P. Kieffer, D. Allorge

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.