Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les intoxications par les médicaments addictolytiques chez le patient dépendant : focus sur le baclofène - 22/04/17

Doi : 10.1016/j.toxac.2017.03.028 
N. Franchitto
 Service d’addictologie, CHU de Purpan, Toulouse, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectifs

Décrire la prise en charge des intoxications par les principaux médicaments addictolytiques au regard d’une prescription de ces molécules le plus souvent hors AMM.

Description

Le traitement de la dépendance à une substance ou à un comportement répond à une prise en charge médico-psychosociale, qui implique une association de médicaments pour le traitement de l’addiction mais aussi de la comorbidité psychiatrique souvent associée. Toutes ces molécules ont une action sur la neurotransmission cérébrale, particulièrement sur le système hédonique rendant le risque d’intoxication plus important.

Méthode

Le chef de file des médicaments addictolytique faisant l’objet d’une recommandation temporaire d’utilisation est le baclofène. Une saisine de l’ANSM a permis de réaliser une étude nationale sur l’épidémiologie des intoxications par ce médicament à partir des données des Centres Antipoison français [1]. L’analyse de la littérature permet de reconnaître l’utilisation d’autres substances, ciblant le système GABA/glutamatergique ou sérotoninergique comme traitement potentiel des addictions avec des essais cliniques en cours.

Résultats

Concernant le baclofène, entre 2008 et 2013, 294 expositions chez le patient alcoolo-dépendant ont été rapportées aux Centres antipoison. Au total, 220 intoxications étaient des suicides. L’âge moyen était de 42 ans et la majorité était des hommes (61,5 %). La dose moyenne supposée ingérée était de 430,5mg dans les cas de suicide avec le baclofène seul, alors que cette dose semble plus faible dans les polyintoxications (326,0mg), même si la différence n’est pas significative. Les signes cliniques les plus fréquents étaient la somnolence (n=70 ; 23,8 %), 17,3 % avaient un score de Glasgow entre 4 and 8 (n=51), et 19,7 % présentaient une agitation (n=58). Les autres médicaments, représentés par les nouveaux anti-épileptiques comme la gabapentine ou le topiramate, mais aussi les autres agents GABAergiques ou glutamatergiques, font partie du domaine de la recherche dans le traitement des addictions mais sont connus des utilisateurs qui les mésusent. Ces médicaments sont responsables de nystagmus, ataxie, troubles de la conscience, crises convulsives et troubles de la conduction ventriculaire.

Conclusion

Si les intoxications sont généralement d’évolution favorable, la connaissance des modes de consommation est importante pour les urgentistes qui sont les premiers à les prendre en charge. Le traitement le plus souvent symptomatique doit s’accompagner d’une prise en charge globale pour éviter les récidives.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 29 - N° 2S

P. S27-S28 - mai 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le traitement de l’alcoolo-dépendance : aspects analytiques
  • L. Labat, X. Declèves
| Article suivant Article suivant
  • Intérêt de la naloxone par voie nasale pour compenser les surdoses d’opiacés. Abord pharmacologique
  • A. Coquerel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.