Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

« Purple drank » : un cocktail dangereux - 22/04/17

Doi : 10.1016/j.toxac.2017.03.038 
S. Deheul 1, , J.-F. Wiart 2, C. Richeval 2, 3, L. Carton 1, A.-S. Caous 1, L. Humbert 2, D. Allorge 2, 3, J.-C. Reynaert 4, P. Morbidelli 5, J.-M. Gaulier 2, 3
1 Centre d’addictovigilance-CEIP et centre antipoison, Lille, France 
2 Laboratoire de toxicologie, CHRU, Lille, France 
3 Université Lille 2, EA 4483, Lille, France 
4 Urgences, centre hospitalier, Denain, France 
5 IML, CHRU, Lille, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Objectif

Aux États-Unis, depuis la fin des années 1990, une boisson composée de sirop contre la toux associant prométhazine, codéine et du soda, appelée « purple drank » a fait l’objet de nombreux abus, notamment chez les jeunes. En France, depuis 2014, des signalements concernant des cas d’abus, de pharmacodépendance et d’intoxications dans le cadre d’une consommation de « purple drank » ont été rapportées au réseau des CEIP et à l’ANSM. Nous rapportons ici deux cas documentés par des dosages sanguins.

Description des cas

(#1) Un jeune homme de 17 ans est amené aux urgences en raison de troubles de l’état de conscience après avoir consommé de façon festive une boisson composée d’un sirop à la codéine avec du soda fabriquée par un tiers. Somnolant (score de Glasgow à 14), il présente un myosis réactif bilatéral. Il n’existe pas de défaillance respiratoire (FR à 15/min et SaO2 à 98 %) et les examens biologiques sont sans particularité. Il regagne son domicile à 24h après une surveillance clinique simple. (#2) Un jeune homme de 17 ans est découvert décédé dans sa chambre au domicile, à ses côtés une boisson rosâtre est retrouvée. Les données de l’enquête révèlent des achats multiples de sirops codéinés dans les pharmacies environnantes. Les constatations médico-légales (absence d’autopsie) sont en faveur d’un syndrome asphyxique (cyanose unguéale et faciale) compatible avec un décès toxique. Un prélèvement sanguin à l’admission (cas #1), et lors de l’examen de « levée de corps » (cas #2), est réalisé.

Méthodes

Une recherche d’éthanol, de principes actifs médicamenteux, de produits stupéfiants et d’autres toxiques est réalisée dans les deux échantillons sanguins par GC-FID, LC-HRMS et LC-MS/MS. Les opiacés et la prométhazine ont été dosés par LC-MS/MS.

Résultats

Dans ces deux échantillons sanguins, les seuls xénobiotiques décelés sont des opiacés et de la prométhazine, tels que rapportés dans le Tableau 1 (concentrations en μg/L, formes non conjuguées). Ces concentrations sanguines de codéine et de prométhazine sont respectivement thérapeutiques (cas #1) et supra-thérapeutiques tout en demeurant en-deçà des concentrations habituellement observées lors de décès attribués à l’une ou l’autre de ces 2 substances (cas #2). Dans le second cas, les concentrations sanguines supra-thérapeutiques évoquent un effet toxique synergique possible des 2 molécules sur les systèmes nerveux central et respiratoire. Dans les 2 cas, les ratios morphine/codéine suggèrent des prises de codéine récentes.

Conclusion

La consommation de « purple drank » peut être à l’origine de cas graves d’intoxications, voire de décès. Les molécules entrant dans la composition du « purple drank » ont fait l’objet d’une information des professionnels de santé, de l’enfance et de l’adolescence et sont sous étroite surveillance. Une documentation analytique des cas graves est nécessaire afin d’adapter précisément les mesures de réduction des risques aux molécules concernées.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 29 - N° 2S

P. S33 - mai 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La Mycoliste : un outil d’aide à l’identification des champignons impliqués dans les intoxications humaines en France. Bilan de fonctionnement 2014–2015
  • N. Bourgeois, C. Bruneau, A. Courtois, P. Nisse, J.-M. Sapori, L. de Haro, E. Puskarczyk, C. Tournoud, N. Franchitto, A.-F. Villa
| Article suivant Article suivant
  • Développement et validation de méthodes pour l’analyse de la composition chimique des e-liquides et de leurs e-vapeurs, et comparaison à la fumée de cigarette conventionnelle
  • N. Beauval, S. Antherieu, M. Soyez, N. Gengler, N. Grova, M. Howsam, E. Hardy, M. Fischer, B. Appenzeller, J.-F. Goossens, D. Allorge, G. Garçon, J.-M. Lo-Guidice, A. Garat

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.