Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Un cas peu commun d’intoxication sous-cutanée par le mercure métallique (Hg0) liquide - 22/04/17

Doi : 10.1016/j.toxac.2017.03.048 
M. Augsburger 1, , A. Thomas 1, P. Vollenweider 2
1 Centre universitaire Romand de médecine légale, Lausanne-Genève, Suisse 
2 Service de médecine interne, CHUV, Lausanne, Suisse 

Auteur correspondant.

Résumé

Objectif

Présenter un cas original d’intoxication par du mercure métallique liquide en dépôts sous-cutanés ainsi que son suivi toxicologique.

Description

Une insuffisance rénale chronique en présence de lésions épithéliales tubulaires est diagnostiquée chez un homme de 69 ans, dont l’étiologie suspectée est la présence de mercure sous-cutané dans la région abdominale droite, visible par imagerie RX. Sur la base de ce diagnostic et compte tenu de la mise en évidence de concentrations élevées de mercure total dans le sang et l’urine, un traitement avec un chélateur (DMPS – acide 2,3-dimercapto-1-propanesulfonique), ainsi que l’ablation de la zone concernée (env. 8×15×3cm) sont décidés. Un suivi des concentrations sanguines et urinaires est effectué pendant une année et demi, jusqu’au retour à des concentrations sanguines et urinaires attendues dans la population générale.

Méthodes

Des échantillons de sang, de sérum et d’urine prélevés au cours du suivi, des échantillons de cheveux prélevés avant l’intervention chirurgicale, ainsi que la biopsie du tissu sous-cutané lésé (zone À : dépôts de mercure visibles macroscopiquement (billes d’aspect métallique de quelques dixièmes de mm à 1,5mm) ; zone B : bordure de la zone A ; zone C : région à distance de plusieurs cm de la zone A, sans dépôt ou altération visible macroscopiquement du tissu) ont été analysés par spectrométrie de masse à plasma à couplage inductif (ICP-MS) pour le dosage du mercure total (m/z 201) et la recherche d’autres éléments traces.

Résultats

L’origine de la présence du mercure n’est pas connue avec certitude, mais les images RX et la biopsie sont évocatrices d’une injection sous-cutanée de mercure métallique liquide. Le délai entre l’injection et la prise en charge a été évalué à environ une année. Les concentrations de mercure total mesurées dans les trois zones de la biopsie sous-cutanée étaient respectivement de 47 900μg/g (zone A), 13μg/g (zone B) et 0,3μg/g (zone C) (valeurs de référence : 0,2 et 2,6μg/g [1]). L’évolution de la concentration de mercure dans le sang, le sérum et l’urine est présentée dans le Tableau 1 du jour 0 (date des premiers prélèvements) au jour 543 (date des derniers prélèvements). Le traitement avec le DMPS est introduit à J16 et l’ablation de la zone sous-cutanée est effectuée à J23, impliquant une diminution drastique des concentrations de mercure total dans le sang et l’urine.

Conclusions

L’utilisation de l’ICP-MS a permis d’identifier les éléments radio-opaques mis en évidence par RX, de vérifier l’efficacité du traitement chélateur et de l’intervention chirurgicale, ainsi que d’objectiver l’élimination du mercure de l’organisme intoxiqué dans les mois suivants.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 29 - N° 2S

P. S39 - mai 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Intoxications par Cerbera manghas L. durant l’année 2016 en Nouvelle-Calédonie
  • Y. Barguil, C. Maillaud, M. Chèze, C. Bonnet, F. Garcia, N. Lebouvier, E. Hnawia, M. Nour
| Article suivant Article suivant
  • Les erreurs médicamenteuses en EHPAD
  • A. Buonvino, C. Tournoud, E. Bayle, L. Berthelon, N. Ihadadene

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.