Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Est-il justifié de traiter par antibiotiques les infections pulmonaires à mycobactéries non tuberculeuses ? - 14/07/17

Is it required to treat nontuberculous mycobacterial pulmonary infections with antibiotics?

Doi : 10.1016/j.antinf.2017.04.002 
C. Andrejak , D. Basille, V. Jounieaux
 Service de pneumologie et réanimation, CHU Amiens Picardie, rond point Fernand-Léger, 80054 Amiens cedex 1, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les infections à mycobactéries non tuberculeuses (MNT) sont en incidence croissante. Ce sont des pathogènes opportunistes et c’est pourquoi l’isolement d’une MNT n’est pas synonyme d’infection. De ce fait, différentes sociétés savantes ont tenté de déterminer des critères d’infection. Les derniers datent de 2007. Ils associent des critères radio-cliniques, peu spécifiques et des critères microbiologiques. L’un des points importants est l’élimination des diagnostics plus probables que l’infection à MNT. Une fois le diagnostic posé, le traitement n’est pas systématique. Il est important de faire la balance entre les bénéfices du traitement (amélioration des symptômes) et les risques. Sur-traiter expose à la toxicité des antibiotiques. En effet, le traitement est long, au moins 12 mois après négativation des cultures, et lourd, associant au moins 3 antibiotiques. De plus, le traitement optimal de ce type d’infection n’est pas connu. Ainsi, seuls les patients les plus symptomatiques tirent un réel bénéfice du traitement. De plus, les patients, ayant déjà fait une infection à MNT restent à risque d’une nouvelle infection. Enfin, il ne faut pas oublier que l’infection à MNT reste un diagnostic d’élimination. Néanmoins, s’il est choisi de ne pas traiter, il reste important de poursuivre la surveillance de ces patients, puisqu’ils peuvent secondairement nécessiter un traitement. Tous ces éléments doivent donc bien faire réfléchir tout clinicien prenant en charge un patient ayant une infection à MNT. Ainsi, initier un traitement n’est pas anodin pour un patient, ne pas traiter non plus.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Nontuberculous mycobacteria (NTM) infections have an increasing incidence. These NTM are opportunist pathogens. That is why NTM isolation is not a synonym to infection. Scientific societies have tried to determinate some criteria for infection. The current infection criteria have been published in 2007. They are association of radio-clinical criteria and microbiological criteria. The most important criteria are that NTM infection should be an exclusion diagnosis. When diagnosis is established, treatment is not systematic. It is important to do the balance between benefit (symptoms improvement) and risks. Indeed, over treatment exposes to drugs toxicity. Treatment is long (12 months after culture conversion) and difficult (at least 3 antibiotics). Moreover, the optimal treatment is unknown. That is why only very symptomatic patients have a real benefit of treatment. Finally, NTM infection is only an exclusion diagnosis. But, if clinician decides not to treat, he has to follow patient as this patient could secondly need a treatment. All these data should be considered by any clinician who cares for a patient with an NTM infection. Thus, initialing a treatment is not trivial, not to treat either.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Balance bénéfice–risque, Toxicité, Pronostic, Mycobactéries

Keywords : Benefit/risk balance, Toxicity, Prognosis, Mycobacteria


Plan


© 2017  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 19 - N° 2

P. 66-71 - juin 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Prevalence of blaNDM?1-producing Klebsiella pneumoniae in Asia: A systematic review and meta-analysis
  • M. Dadashi, F. Fallah, A. Hashemi, B. Hajikhani, P. Owlia, N. Bostanghadiri, N. Farahani, M. Mirpour
| Article suivant Article suivant
  • Vaccination post-exposition : mise au point
  • É. Canouï, O. Launay

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.