Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Méningoencéphalomyélites non infectieuses chez le chien - 26/07/17

[NE 4000]  - Doi : 10.1016/S1283-0828(17)61186-4 
L. Giraud, L. Cauzinille
 CHV Frégis, 43, avenue Aristide-Briand, 94110 Arcueil, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 9
Iconographies 4
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

Les maladies inflammatoires du système nerveux se manifestent par une infiltration méningée ou parenchymateuse de leucocytes d'origine sanguine ou provenant de la microglie. Quand le parenchyme cérébral ou médullaire est atteint, le terme de méningoencéphalite ou méningomyélite est respectivement utilisé. Les affections inflammatoires du système nerveux central peuvent être d'origine infectieuse (virale, bactérienne, parasitaire, etc.) ou idiopathique. Les méningoencéphalomyélites non infectieuses sont fréquentes chez les jeunes chiens de petite race, plus rarement de grande race. Certaines de ces affections ont des données signalétiques, cliniques et histopathologiques assez caractéristiques. Les signes cliniques dépendent de la localisation des lésions dans le système nerveux central. La vitesse d'installation de ces maladies est variable. Le diagnostic nécessite un examen clinique complet, un examen d'imagerie avancée et surtout une ponction du liquide cérébrospinal ; une protéinorachie et une pléiocytose sont fréquemment observées lors de l'analyse de ce dernier. Certaines maladies infectieuses (maladie de Carré, néosporose, toxoplasmose, etc.) doivent impérativement être recherchées. Le traitement repose sur une corticothérapie débutée à dose immunosuppressive à laquelle on conseille d'ajouter un traitement immunomodulateur. Une démarche diagnostique précoce dans l'évolution de la maladie et un protocole thérapeutique rigoureux permettent assez souvent d'obtenir de bons résultats cliniques sans forcément apporter de diagnostic étiologique précis. Les récidives sont nombreuses si le traitement est diminué ou arrêté trop tôt. Ces affections nécessitent des suivis vétérinaires réguliers.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Méningoencéphalite, Méningoencéphalomyélite, Chien, Système nerveux central, Liquide cérébrospinal, Maladie inflammatoire


Plan


© 2017  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Anomalies congénitales du système nerveux central
  • A. Colson, D. Fanuel-Barret
| Article suivant Article suivant
  • Maladie parodontale, prévention et traitement
  • P. Dufour

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.