Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Prise en charge des dysfonctions temporomandibulaires - 05/08/17

[28-603-A-10]  - Doi : 10.1016/S1877-7864(17)86272-8 
J.-D. Orthlieb a, b,  : Professeur des Universités, praticien hospitalier, A. Giraudeau a, b : Maître de conférences des Universités, praticien hospitalier, M. Jeany a, b : Assistant hospitalier universitaire, J.-P. Ré a, b : Maître de conférences des Universités, praticien hospitalier
a Faculté d'odontologie, Université Aix-Marseille, 27, boulevard Jean-Moulin, 13355 Marseille cedex 5, France 
b Hôpital de La Timone, 264, rue Saint-Pierre, 13385 Marseille, France 

Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le mardi 08 août 2017

Résumé

Les dysfonctions temporomandibulaires (DTM) sont une myoarthropathie de l'appareil manducateur, le plus souvent douloureuse, caractérisée par au moins un des trois signes cardinaux « BAD » : bruit articulaire, algie manducatrice modulable, dyscinésie mandibulaire. Face à des DTM primaires, d'origine dysfonctionnelle, un simple traitement symptomatique est le plus souvent à mettre en œuvre visant à supprimer la douleur et à diminuer nettement bruits et gêne fonctionnelle. On distingue quatre grands types de traitement, du traitement conservateur (non invasif, type A) aux traitements chirurgicaux (typeC) qui signifient modifier la structure (collage, prothèse, orthodontie, etc.), en passant par les orthèses (type B). Le traitement préventif est un quotidien de bon sens. Toutes les formes de traitement revendiquent un taux de succès d'environ 75 %, mais comme la littérature le suggère, le traitement non invasif peut afficher un taux de réponse favorable jusqu'à 74-85 % ; le traitement de type A est donc la modalité thérapeutique de choix indiquée chez tous les patients « DTM ». L'équilibration occlusale est indiquée si son coût structurel est très faible, corrigeant une anomalie occlusale « évidente » ponctuelle, d'apparition ou d'aggravation récente. Dans ces strictes conditions, elle est alors réalisée en première intention.


Mots-clés : Appareil manducateur, Troubles musculosquelettiques, Occlusodontie, ATM


Plan


 Pour citation, ne pas utiliser la référence ci-dessus de cet article, mais la référence de la version originale publiée dans EMC - Chirurgie orale et maxillo-faciale 2016;11(4):1-11 [22-056-R-30].


© 2017  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.