Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Appliquer à l’art médical la doctrine des « Droits de l’homme » : du malade patient au patient co-acteur - 09/08/17

Apply the doctrine of “Human rights” in medical art: From the sick patient to the patient co-actor

Doi : 10.1016/j.etiqe.2017.07.009 
C. Hazif-Thomas a, , J.Y. Le Reste b
a EA 7479, Soins primaires, Santé publique et Registre du cancer de Bretagne Occidentale (SPURBO), Brest, France 
b Médecine générale, EA 7479 SPURBO, faculté de médecine de Brest, avenue Camille-Desmoulins, 29200 Brest, France 

Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le mercredi 09 août 2017

Résumé

Construire une réflexion éthique, source d’interdépendance entre soignés et soignants, de dialogue à ne jamais rompre entre profanes et experts, est un préalable indispensable afin de respecter l’essence même de soin. Mais il y a une difficulté propre à ce moment du soin historiquement situé, qui oblige à laisser la « morale close » pour aller vers une « morale ouverte ». Le débat est notamment aigu pour les personnes vulnérables non toujours capables de consentir à un acte précis mais qui ne sont pas dépourvues de toute volonté autonome. S’ouvrir au projet de reprise d’une autonomie côté soigné s’accompagne de nouvelles missions pour les soignants. C’est notamment le cas en psychiatrie : si les objectifs de santé publique et d’ordre social sont clairement posés au sein du champ de la santé mentale, la question de la liberté de choix du malade mental reste discutée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

There is a need for an ethical reflexion to favor the interdependence between carers and persons being cared. It is an essential prerequisite to respect the spirit of care. But there is a difficulty about this historical moment of care. So it's time to let closed morality to go towards an open morality. This debate is acute in particular for the vulnerable people not always able to consent to a precise act but who do not lack any autonomous will. Increasing patients’ autonomy brings further tasks for carers. It's specially the case in psychiatry: if the goals in public health and social order are clearly laid down within the field of the mental health, the issue about the freedom of choice of the mentally ill person remains quite topical.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Morale ouverte, Morale close, Interdépendance, Personne vulnérable, Autonomie, Bergson

Keywords : Open morality, Closed morality, Interdependance, Vulnerable people, Autonomy, Bergson


Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.