Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Anesthésie-réanimation pour chirurgie carotidienne - 10/08/17

[36-586-A-10]  - Doi : 10.1016/S0246-0289(17)65615-9 
P. Abraham a : Docteur, M.-J. Licker b : Professeur, J.-L. Fellahi c,  : Professeur
a Service d'anesthésie-réanimation, Centre hospitalier Lyon Sud, Hospices civils de Lyon, 165, chemin du Grand-Revoyet, 69310 Pierre-Bénite, France 
b Service d'anesthésie des Hôpitaux universitaires de Genève, rue Gabrielle-Perret-Gentil, 4, 1227 Genève, Suisse 
c Service d'anesthésie-réanimation, Hôpital Louis-Pradel, Hospices civils de Lyon, 59, boulevard Pinel, 69394 Lyon cedex, France 

Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le vendredi 11 août 2017

Résumé

Près de 150 000 patients sont hospitalisés chaque année en France pour maladie cérébrovasculaire. L'accident vasculaire cérébral (AVC) représente la première cause de mortalité chez les femmes et la troisième chez les hommes. Il est d'origine ischémique dans 85 % des cas et lié à une pathologie vasculaire des troncs supra-aortiques dans 20 % des cas, tous âges confondus. Les sténoses ou occlusions de l'artère carotide interne rendent compte d'environ 8 % des AVC. Dans ce contexte, l'endartériectomie carotidienne est l'une des interventions vasculaires les plus pratiquées. Chez certains patients convenablement sélectionnés, l'endartériectomie carotidienne pourrait réduire le risque relatif d'AVC de près de 50 % par rapport au seul traitement médical. Sa réalisation comporte un double défi : celui lié à la particularité du geste chirurgical nécessitant un clampage carotidien et les conséquences qui en découlent, et celui lié au terrain souvent polyvasculaire des patients. Le double enjeu de la prise en charge périopératoire consiste d'une part à apprécier la balance bénéfices-risques permettant de sélectionner les patients candidats à une chirurgie elle-même pourvoyeuse d'une morbimortalité neurologique et cardiovasculaire significative et d'autre part à optimiser les conditions de transport d'oxygène et protéger le cerveau et le cœur pendant la phase interventionnelle. L'anesthésie locorégionale (ALR) a pris une place grandissante dans cette indication chirurgicale traditionnellement réalisée sous anesthésie générale. Aujourd'hui encore, le choix de la technique anesthésique optimale reste dépendant des centres et des équipes sans que les données récentes de la littérature ne permettent de trancher. L'ALR présente cependant l'avantage d'un monitorage cérébral simple et continu. Les complications postopératoires doivent être détectées précocement afin de bénéficier d'un traitement urgent.


Mots-clés : Endartériectomie, Carotide, Anesthésie, Bloc cervical


Plan


© 2017  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.