Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Investigating patient narratives posted on Internet and their informativeness level for pharmacovigilance purpose: The example of comments about statins - 12/09/17

Analyse des narratifs postés par les patients sur Internet et évaluation de leur niveau d’informativité en pharmacovigilance : l’exemple des statines

Doi : 10.1016/j.therap.2016.10.004 
Farid Kheloufi a, b, Anne Default a, b, Olivier Blin a, b, Joelle Micallef a, b,
a Regional pharmacovigilance center of Marseille Provence Corse, department of clinical pharmacology and pharmacovigilance, Assistance publique–Hôpitaux de Marseille, 13009 Marseille, France 
b Aix-Marseille university, Neurosciences institut Timone, CNRS 7289, 13385 Marseille, France 

Corresponding author. Regional pharmacovigilance center of Marseille Provence Corse, 270, boulevard Sainte-Marguerite, 13009 Marseille, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 8
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Summary

Aim of the study

Health-related networks like patient health forums may be considered as potential sources of information to early detect pharmacovigilance issues or complete data on drug safety. However, the clinical and pharmacological relevancy of such a source has not been clearly explored. We aimed to describe the characteristics and the informativeness level of Internet narratives posted by patients and mentioning adverse drug reactions (ADRs) related to statins.

Methods

A retrospective cross-sectional study was conducted on an Internet website dedicated to share experience on medicines. One day of December 2012, postings about simvastatin, rosuvastatin and atorvastatin publicly available on the website were collected. Their informativeness according to 16 key elements of information (including drug start and stop date, duration of treatment, time to onset and duration of the ADR, outcome, medical history, concomitant medication) was assessed. General information about reported ADRs was also investigated.

Results

Among the 96 postings related to statins, 72 (40 women, 32 men; mean age: 59 [40–78]) mentioned at least one ADR accounting for a total of 176 ADRs. Musculoskeletal and connective tissue disorders (42.6%) and nervous system disorders (15.3%) were the main represented ADRs. Only 2 patients mentioned ADRs that could be considered as serious but 24 patients mentioned they stopped or switched their treatment toward another lipid modifying agent because of the ADR. Mean number of available key elements of information per narrative was 6/16. Time to onset and duration of the ADR were respectively available in only 31% and 3% of the narratives. Medical history and concomitant medication were respectively lacking in 87% and 86% of the narratives. Outcome was found only in 39% of the narratives.

Conclusion

Patient narratives posted on Internet include mainly non-serious expected ADR. However, their informativeness level is very incomplete and makes difficult their assessment and use for pharmacovigilance purpose.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Introduction

Les réseaux sociaux comme les forums de patients sur Internet peuvent être considérés comme des sources potentielles d’information utilisables pour détecter ou compléter des données sur la sécurité des médicaments. Cependant, la pertinence clinique et pharmacologique de cette source n’est pas complètement explorée. Le but de ce travail est de décrire les caractéristiques et le niveau d’informativité des narratifs postés sur Internet et mentionnant des effets indésirables (EI) pouvant être liés aux statines.

Matériel et méthode

Une étude transversale rétrospective a été menée sur un site Internet destiné au partage d’expériences avec les médicaments. Un jour de décembre 2012, les narratifs publiquement disponibles sur le site et concernant la simvastatine, la rosuvastatine et l’atorvastatine ont été collectés. Leur niveau d’informativité basé sur 16 éléments d’information clés (incluant date de début et de fin du médicament, durée du traitement, délai d’apparition et durée de l’EI, évolution du patient, antécédents médicaux, médicaments concomitants) a été évalué. Des informations générales concernant les EI ont aussi été analysées.

Résultats

Parmi les 96 narratifs concernant ces statines, 72 (40 femmes, 32 hommes ; âge moyen : 59 ans [40–78]) contenaient au moins un EI avec un total de 176 EI mentionnés. Les troubles musculo-squelettiques (42,6 %) et les troubles du système nerveux central (15,3 %) étaient les EI les plus représentés. Seulement 2 patients ont mentionné des EI qui pouvaient être considérés comme graves mais 24 patients ont indiqué avoir arrêté leur traitement ou switché vers un autre hypolipémiant du fait de leur EI. Le nombre moyen d’éléments d’information clés disponibles par narratif était de 6/16. Le délai de survenu et la durée de l’EI étaient disponibles dans respectivement 31 % et 3 % des narratifs. Les antécédents médicaux ou les médicaments concomitants étaient absents dans respectivement 87 % et 86 % des narratifs. L’évolution du patient n’était connue que dans 39 % des narratifs.

Conclusion

Les narratifs de patients postés sur Internet et commentant les statines incluent principalement des EI non graves et attendus. Cependant, leur niveau d’informativité est très incomplet et rend leur utilisation et leur évaluation difficile en pharmacovigilance.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Pharmacovigilance, Patient, Cyberpharmacovigilance, Social media, Adverse drug reactions, Consumers, Internet, Narratives, Informativeness, Forum

Mots clés : Pharmacovigilance, Patient, Cyberpharmacovigilance, Média social, Effet indésirable, Internet, Narratif, Informativité, Forum


Plan


© 2016  Société française de pharmacologie et de thérapeutique. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 72 - N° 4

P. 483-490 - septembre 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Interaction pharmacocinétique entre la forme mucoadhésive de miconazole et le tacrolimus : à propos de 3 observations cliniques chez des patients greffés
  • Marion Lepelley, Sophie Logerot, Xavier Fonrose, Céline Villier
| Article suivant Article suivant
  • Dispositif pharmacoépidémiologique de surveillance des substances psychoactives : intérêts du programme national OPPIDUM du Réseau français d’addictovigilance
  • Elisabeth Frauger, Liselotte Pochard, Quentin Boucherie, Adeline Giocanti, Cécile Chevallier, Amélie Daveluy, Valérie Gibaja, Anne-Sylvie Caous, Céline Eiden, Nicolas Authier, Reynald Le Boisselier, Marylène Guerlais, Émilie Jouanjus, Marion Lepelley, Véronique Pizzoglio, Stéphanie Pain, Nathalie Richard, Joëlle Micallef, le Réseau français d’addictovigilance

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.