Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Traitement médical et chirurgical des kystes de l'ovaire fonctionnels

Doi : JGYN-11-2001-30-HS1-0368-2315-101019-ART6 

J.-L. Brun [1],

O. Le Touzé [1],

J.-J. Leng [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Le traitement chirurgical est souvent indiqué dans certains kystes de l'ovaire fonctionnels (KOF) symptomatiques. Le traitement médical (oestroprogestatifs) et la ponction écho guidée ne sont pas plus efficaces que l'abstention thérapeutique pour la prise en charge des KOF asymptomatiques de la femme en période d'activité génitale. Devant une image liquidienne de découverte fortuite chez une femme ménopausée, l'examen clinique, l'échographie vaginale couplée au doppler couleur et le dosage plasmatique du CA 125 permettent de définir la probabilité que le kyste soit fonctionnel. Devant un tel aspect, la surveillance de la régression de l'image annexielle est préférable à son traitement invasif. Sous oestroprogestatifs de synthèse minidosés, les follicules continuent à se développer, mais aucune pilule, qu'elle soit monophasique ou multiphasique, n'augmente le risque de KOF. Il semble en être de même pour les microprogestatifs. En présence d'un KOF récidivant ou paucisymptomatique, le passage à une contraception contenant 50 mg d'éthinyl-oestradiol n'a pas d'intérêt scientifique démontré. Les oestroprogestatifs de synthèse ne sont pas plus efficaces que l'abstention thérapeutique pour traiter les KOF induits par une stimulation ovarienne monofolliculaire. Le risque de développer un KOF sous tamoxifène est d'autant plus grand que l'activité ovarienne perdure, expliquant les différences d'incidence entre femme ménopausée (< 6%) et femme non ménopausée (> 35%). Le traitement par agonistes de la Gn-RH parfois proposé dans cette indication apparaît efficace. Le traitement hormonal substitutif de la ménopause peut provoquer une hypertrophie ovarienne, mais n'augmente pas la fréquence des KOF. La prise en charge des KOF induits par les traitements chirurgicaux (dystrophie kystique des ovaires sous-adhérentiels, transposition ovarienne) n'a jamais fait l'objet d'études contrôlées.

Abstract

Medical and surgical management of functional ovarian cysts.

Most of symptomatic functional ovarian cysts (FOC) are treated by surgery. Oral contraceptives and ultrasound-guided puncture are not more efficient than expectant management for treating asymptomatic FOC in non menopausal women. The probability of a cyst being functional or benign in asymptomatic postmenopausal women is assessed by transvaginal ultrasonography, color Doppler flow imaging and CA 125 serum level measurement. Conservative management of simple cysts (anechoic, diameter < 5cm with normal Doppler and CA 125 serum level) is more reasonable and safer than surgical treatment. The use of high-dose combination oral contraceptives has a protective effect against FOC, whereas low-dose pills have little or no effect. However, low-dose oral contraceptives or progestogen-only oral contraceptives do not increase the risk of FOC. In the case of recurrent or symptomatic FOC, the advantages of using higher dose formulations have not been proved. Expectant management is as effective as oral contraceptives for the resolution of FOC induced by ovarian stimulation. Tamoxifen treatment in premenopausal breast cancer patients is associated with ovarian overstimulation and FOC formation (> 35%). Co-treatment with Gn-RH agonist may be successful in this indication. Hormone replacement therapy may be associated with an increasing ovarian volume, but not with an increasing rate of FOC. The management of surgical-induced FOC (entrapped ovarian cyst, ovarian transposition) has never been assessed by controlled studies.


Mots clés : Kyste de l'ovaire fonctionnel , Traitement médical , Traitement chirurgical

Keywords: Ovarian functional cysts , Medical treatment , Surgical treatment


Plan



© 2001 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 30 - N° HS 1

P. -1--1 - novembre 2001 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Marqueurs tumoraux et kystes de l'ovaire
  • D. Vinatier, V. Houfflin, P. Collinet
| Article suivant Article suivant
  • Place de la ponction écho-guidée dans la prise en charge des kystes ovariens
  • P. Mathevet, D. Dargent

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité