Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Nymphoplastie de réduction pour hypertrophie des petites lèvres - 25/09/17

[41-893]  - Doi : 10.1016/S2211-0666(16)72562-X 
J. Norca, MD a, A.-L. Rivain, MD a, C. Trichot, MD a, S. Vieillefosse, MD a, F. Léonard, MD b, X. Deffieux, MD, PhD c,
a Hôpital Antoine-Béclère, AP-HP, 157, rue de la Porte-de-Trivaux, 92140 Clamart, France 
b Service de gynécologie obstétrique, Centre hospitalier de Cahors, 335, rue Wilson, 46005 Cahors, France 
c Université Paris-Sud, Service de gynécologie obstétrique et médecine de la reproduction, Hôpital Antoine-Béclère, AP-HP, 157, rue de la Porte-de-Trivaux, 92140 Clamart, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 10
Iconographies 10
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

L'hypertrophie des petites lèvres peut être liée à différents facteurs, congénitaux et hormonaux. Les demandes de nymphoplastie de réduction sont de plus en plus fréquentes. Les techniques chirurgicales sont multiples et variées. La technique chirurgicale la plus fréquemment utilisée est celle de la résection sectorielle triangulaire. De façon récente, des nouvelles techniques associent en plus une plastie du clitoris. L'objectif de cet article est de décrire les techniques de réduction de l'hypertrophie des petites lèvres ainsi que leurs résultats. Il existe peu de données concernant les indications et les attentes précises des patientes qui demandent une nymphoplastie de réduction. Bien que certaines femmes nécessitent une réduction pour des raisons fonctionnelles (inconfort physique ou sexuel) ou pour une situation pathologique (spina bifida), toutefois, la majorité des patientes demandant une nymphoplastie de réduction le font pour des raisons psychiques. Ces techniques sont globalement associées à de bons résultats anatomiques et fonctionnels (allant de 89 à 100 %). Des complications sévères comme des infections et des nécroses sont très rarement rapportées (< 1 %). Toutefois, les patientes et les chirurgiens doivent être prévenus des complications possibles : hématomes (jusqu'à 7 %), douleurs postopératoires (jusqu'à 64 %), désunion cutanée ou muqueuse (7 %), dyspareunies (de 1 à 23 %) et réintervention (de 3 à 7 %).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Petites lèvres, Hypertrophie, Nymphoplastie, Plastie, Nymphoplastie de réduction, Labiaplastie


Plan


© 2017  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Chirurgie du cancer de la vulve
  • E. Leblanc, F. Narducci, M. Boukerrou, D. Querleu
| Article suivant Article suivant
  • Chirurgie réparatrice des mutilations sexuelles féminines
  • P. Foldès, C. Morel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.