Médecine

Paramédical

Autres domaines


Prise en charge des prématurés entre 24 et 28 semaines d'aménorrhée - Critères de réanimation des prématurissimes en salle de naissance : quel discours en anténatal ? - 09/03/08

Doi : JGYN-02-2004-33-S1-0368-2315-101019-ART15 

L. Desfrere,

V. Tsatsaris,

L. Sanchez,

D. Cabrol,

G. Moriette

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

La réanimation des extrêmes prématurés a des conséquences médicales, sociales et éthiques complexes pour les familles et les professionnels de santé. Le principe d'une réanimation systématique « réanimation d'attente » n'interdit pas la question d'une limite en terme d'âge gestationnel et de poids de naissance. En France, aucune mesure de réanimation (uniquement des soins de confort) est proposée aux prématurés d'âge gestationnel inférieur à 23 semaines et/ou de poids de naissance inférieur à 500 g puisque la mortalité est presque de 100 %. La survie des prématurés nés à 24 semaines d'aménorrhée reste faible avec des risques importants de problèmes médicaux chroniques et de séquelles neurodéveloppementales. L'intensité de la réanimation dépend de facteurs prénataux, de l'état physique du prématuré à la naissance et du désir parental. Avant l'accouchement, les parents devraient recevoir des informations appropriées sur la survie et les risques de séquelles à long terme. Le médecin devrait respecter leur désir dans le respect du meilleur intérêt pour l'enfant. Toutefois, ils doivent être informés que cette décision prise avant la naissance peut être modifiée en salle de naissance selon l'état du nouveau-né. À 25 semaines d'âge gestationnel, le pronostic est meilleur et la réanimation devrait être plus intensive.

Abstract

Extremely preterm infants: resuscitation criteria in the delivery room and dialogue with parents before birth.

The resuscitation of extremely preterm infants presents complex medical, social and ethical issues for the families and the health professionals. The principle of a systematic resuscitation “temporary intensive care” does not prohibit the question of a limit in terms of gestational age and birth weight. In France, a do not resuscitate order (comfort care alone) is appropriate for newborns weighing less than 500g and/or with a gestational age of less than 24 weeks' since the mortality is nearly 100%. The survival of infants born at 24 weeks' gestational age remains low with significant risks of chronic medical problems and neurodevelopmental disabilities. The decisions regarding the extent of resuscitative efforts depend on antenatal factors, condition of the neonate at birth and the parental opinion. Before the delivery, parents should receive appropriate information about survival and risks of adverse long-term outcome. The physician should follow the parents' desires whenever the parents' decision would not obviously violate the infants' best interests. However, they must be informed that decisions about neonatal management made before the delivery can have to be changed in the delivery room, depending on the condition of the neonate at birth. At 25 weeks of gestational age, the prognosis is better and the resuscitation should be more intensive.


Mots clés : Extrême prématuré , Consultation prénatale , Seuil de la viabilité , Réanimation

Keywords: Extremely preterm infant , Prenatal counselling , Threshold of viability , Resuscitation


Plan



© 2004 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° SUP 1

P. 84-87 - janvier 2004 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Prise en charge des prématurés entre 24 et 28 semaines d'aménorrhée - Évaluation des risques en anténatal, information des parents et prise en charge de l'accouchement
  • V. Tsatsaris, L. Desfrère, F. Goffinet, G. Moriette, D. Cabrol
| Article suivant Article suivant
  • Prise en charge des prématurés entre 24 et 28 semaines d'aménorrhée - Menace d'accouchement prématuré sévère précoce : est-il licite de ne pas transférer in utero et comment gérer une naissance en centre de niveau I et II ?
  • J. Jansé-Marec, V. Mairovitz

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.