Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Réactions d’agressivité sous benzodiazépines : une revue de la littérature - 11/10/17

Paradoxical aggressive reactions to benzodiazepine use: A review

Doi : 10.1016/j.encep.2007.05.005 
T. Saïas , T. Gallarda
Laboratoire de recherche, EPS Maison-Blanche, 3–6, rue Lespagnol, 75020 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les réactions paradoxales d’agressivité sous benzodiazépines ont fait l’objet d’une littérature scientifique spécifique depuis 1960. Si peu d’études contrôlées ont pu être réalisées, de nombreux cas cliniques ont été recensés et discutés dans la littérature. Désinhibition, anxiété, comportements auto ou hétéroagressifs et actes médicolégaux ont été observés chez des patients présentant différents facteurs de vulnérabilité, sans qu’une modélisation des processus incriminés ait pu être élaborée. Cependant, le rôle de la personnalité limite et de la personnalité anxieuse, l’influence du contrôle gabaergique sur le système sérotoninergique ainsi que l’impact de l’alcool semblent être autant d’hypothèses expliquant une partie de ces phénomènes paradoxaux.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

With growing prescription and availability, benzodiazepine usage in France is on the increase among the general population. Although its anxiolytic action has long been proven, many side effects can be observed.

Typology and prevalence

Paradoxical reactions of aggressiveness under benzodiazepines have been discussed in the scientific literature since the 1960s. This term was introduced to describe reactions of agitation and disinhibition occurring during anxiolytic or hypnotic treatment. Physical aggression, rape, impulsive decision-making and violence have been reported, as well as autoaggressiveness and suicide. General population studies indicate a prevalence of these reactions of less than 1%, and meta-analysis has shown that use of benzodiazepines generates aggressiveness more frequently than it reduces it. It has also been shown that long-term memory (anterograde amnesia) can be impaired following the ingestion of a benzodiazepine.

Risk factors

Benzodiazepine-linked disinhibition, auto and heteroaggressiveness, anxiety and criminal acts have been associated with various vulnerability factors. Although the risk of these paradoxical reactions depends on the number of such factors present in a single patient, the effects of the type and dose of benzodiazepine on the frequency and the intensity of paradoxical symptoms are not clear. In terms of personality, several studies have demonstrated the role of low-stress control (specifically high-trait anxiety) on aggressiveness under benzodiazepines. Other authors underline the role of borderline personality disorder as a major risk factor predicting paradoxical reactions. Results of a study on borderline patients show a prevalence of benzodiazepine-linked disinhibition of 58%. On a neuropharmacological level, the influence of the GABA system on the serotonin control and the impact of alcohol seem to be established. Benzodiazepines, specifically when associated with alcohol, seem to facilitate GABAergic transmission, which can be at the origin of the disinhibited behaviours that have been reported.

Discussion

In 2000, France was the first country in terms of benzodiazepine use 17.4% of the adult population had been prescribed an anxiolytic. Implications for medicolegal and clinical practice are discussed.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Benzodiazépines, Réactions paradoxales d’agressivité, Désinhibition, Facteurs de risque

Keywords : Benzodiazepines, Paradoxical aggressive reactions, Disinhibition, Risk factors


Plan


© 2007  L’Encéphale, Paris, 2007. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 4

P. 330-336 - septembre 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Homicide et psychose : particularités criminologiques des schizophrènes, des paranoïaques et des mélancoliques : À propos de 27 expertises
  • S. Richard-Devantoy, A.-S. Chocard, A.-I. Bouyer-Richard, J.-P. Duflot, J.-P. Lhuillier, B. Gohier, J.-B. Garré
| Article suivant Article suivant
  • Particularisme clinique du trouble bipolaire : la manie unipolaire : À propos d’une étude de patients en Tunisie
  • O. Dakhlaoui, I. Essafi, F. Haffani

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.