Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Caractérisation des troubles du langage dans la schizophrénie grâce au bilan orthophonique - 11/10/17

Qualifying language disorders of schizophrenia through the speech therapists’ assessment

Doi : 10.1016/j.encep.2007.04.005 
C. Boucard a, b, , B. Laffy-Beaufils a
a Service de psychiatrie, hôpital Corentin-Celton, 4, parvis Corentin-Celton, 92130 Issy-les-Moulineaux, France 
b Secteur GOS, service de psychiatrie générale, pavillion Pé, centre hospitalier Georges Daumezon, 1, route de Chanteau, 45400 Fleury-Les-Aubrais, France 

Auteur correspondant. Secteur G05–service de psychiatrie générale, Pavillon Georges-Pé, centre hospitalier Georges-Daumezon, 1, route de Chanteau, 45400 Fleury-les-Aubrais, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

L’orthophoniste participe depuis peu à la réhabilitation de patients atteints de schizophrénie, conjointement aux prises en charge s’inscrivant dans un programme global de réhabilitation psychosociale.

Elle tente de traiter spécifiquement les troubles du langage de ce syndrome, en se basant sur l’hypothèse qu’ils sont une conséquence d’un fonctionnement cérébral anormal au même titre que les troubles de mémoire, d’attention et des fonctions exécutives. De ce point de vue, ces troubles semblent abordables par la rééducation de la même façon que les troubles présentés dans le cadre de lésions cérébrales acquises (traumatismes crâniens, accidents vasculaires cérébraux).

La prise en charge orthophonique s’opère sur des patients stabilisés cliniquement et doit débuter par un bilan, préalable nécessaire à la rééducation.

Dans un premier temps, nous ferons part de nos observations cliniques quant aux différents troubles du langage dans la schizophrénie et tenterons d’envisager succinctement leurs mécanismes. Ensuite, nous tenterons de démontrer que le bilan orthophonique est nécessaire dans un programme de réhabilitation psychosociale du patient atteint de schizophrénie pour plusieurs raisons : il permet de constater le retentissement fonctionnel sur la communication des troubles du langage, et donc d’estimer l’impact de ces troubles dans la vie quotidienne ; il permet ensuite d’établir un protocole de rééducation individualisé, inscrit dans le projet de soins global du patient. L’intervention orthophonique permettrait de prendre en charge la sémiologie langagière de la schizophrénie, par des techniques de prise en charge développées en rééducation et réadaptation neurologique. Les troubles du langage, qui affectent la compréhension et l’expression, sont un enjeu important pour l’insertion sociale du patient, mais également au sein de la prise en charge, car ils peuvent entraver la bonne intégration d’informations, comme nous le démontrerons.

Pour créer cette évaluation, nous nous sommes servis de bilans préexistants et couramment utilisés en neurologie, que nous avons compilés suivant leur pertinence et leur efficacité diagnostiques. Ces épreuves, bien qu’elles ne soient pas encore normalisées permettent de définir un projet de rééducation original et novateur des troubles du langage dans la schizophrénie et constituent un premier pas dans la prise en charge de ce syndrome. Dans cette voie, de nouvelles études actuellement menées sur des populations non psychiatriques aux troubles du langage similaires, permettent d’élargir les possibilités d’évaluation des troubles du langage.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

This study investigates a comprehensive assessment of language disorders in order to identify impaired and unaffected language abilities of individuals with schizophrenia. Furthermore, the purpose of this study was to demonstrate the importance of the role of speech therapists in the treatment of schizophrenia.

Speech therapy is especially thought to treat language disorders. However, to date, speech therapists have not been solicited in the treatment of schizophrenia, despite growing evidence supporting that schizophrenia is characterized by cognitive disorders such as impairments in memory, attention, executive functioning and language. In this article, we discuss the fact that elements of language and cognition are interactively affected and that cognition influences language. We then demonstrate that language impairments can be treated in the same way as neurological language impairments (cerebrovascular disease, brain injury), in order to reduce their functional outcome. Schizophrenia affects the pragmatic component of language with a major negative outcome in daily living skills [Champagne M, Stip E, Joanette Y. Social cognition deficit in schizophrenia: accounting for pragmatic deficits in communication abilities ? Curr Psychiatry Rev:2006;(2):309–315].

The results of our comprehensive assessment also provide a basis for the design of a care plan.

For this, subjects with schizophrenia were examined for language comprehension and language production with a focus on pragmatic abilities. In neurology, standardized tests are available that have been designed specifically to assess language functions. However, no such tests are available in psychiatry, so we gathered assessments widely used in neurology and examined the more relevant skills. In this article, each test we chose is described and particular attention is paid to the information they provided on impaired language abilities in schizophrenia. In this manner, we provide an accurate characterization of schizophrenia-associated language impairments and offer a solid foundation for rehabilitation.

Current research makes connections between schizophrenia and other neurological disorders concerning language. Nevertheless, further studies are needed to explore these connections to complete our investigations. The strategies we designed are aimed at enabling a subject with schizophrenia to improve his/her language skills. We support the idea that such improvement could be reached by speech therapy. We conclude that speech therapists can play an important role in the non pharmacological treatment of schizophrenia, by selecting appropriate interventions that capitalize on spared abilities to compensate for impaired abilities.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Orthophonie, Évaluation, Schizophrénie, Troubles du langage

Keywords : Speech therapy, Assessment, Schizophrenia, Language disorders


Plan


© 2007  L’Encéphale, Paris, 2007. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 3

P. 226-232 - juin 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Revue de presse
| Article suivant Article suivant
  • Procédures d’induction d’humeurs en laboratoire : une revue critique
  • A.-L. Gilet

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.