Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

La mémoire de travail dans la schizophrénie : revue de la littérature - 11/10/17

Working memory in schizophrenia: A review

Doi : 10.1016/j.encep.2006.12.008 
O. Kebir, K. Tabbane
Unité de recherche « processus cognitifs dans la pathologie psychiatrique », service de psychiatrie B, H. Razi, La Manouba 2010, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 10
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La mémoire de travail se réfère à un système à capacité limitée pour le maintien temporaire et le traitement de l’information. Son exploration chez les patients atteints de schizophrénie a fait l’objet de très nombreux travaux portant sur différents types de populations et utilisant une large gamme de tests cognitifs. Malgré la diversité des méthodologies, la majorité des études récentes met en évidence des déficits affectant toutes les composantes de la mémoire de travail chez les patients atteints de schizophrénie. Ces déficits ne semblent pas être liés à l’âge, au sexe, au QI prémorbide, à la durée d’évolution des troubles et aux symptômes positifs de la maladie, mais apparaissent corrélés à un bas niveau d’instruction et aux symptômes négatifs et de désorganisation. Ils seraient présents dès le début des troubles et sont également retrouvés parmi les parents des patients et chez les sujets présentant une personnalité schizotypique pouvant ainsi constituer des marqueurs de vulnérabilité de cette affection. L’effet spécifique des médications antipsychotiques sur la mémoire de travail a été peu exploré. Quelques études rapportent un effet bénéfique de certains neuroleptiques atypiques, notamment la rispéridone. Son niveau de fonctionnement a été trouvé fortement prédictif du degré d’acquisition d’habiletés psychosociales contribuant ainsi dans le pronostic fonctionnel des patients. Son déficit a fait l’objet d’une remédiation cognitive spécifique avec comme résultat une amélioration mesurable et durable.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Working memory refers to a limited capacity system for temporary storage and processing of information that is known to depend on the integrity of the prefrontal cortex. It has been classically described as composed of a “central executive” that performs control, selection and planning functions, and two “slave” systems: on the one hand, the phonological loop that holds verbal, speech-based representations, and on the other hand, the visuospatial sketchpad that manipulates spatial and object visual representations.

Literature findings

Studies in schizophrenia have used different tasks that tap different processes within the working memory. Despite the variety of measures, there is solid neuropsychological evidence that patients with schizophrenia demonstrate deficits in all subsystems of working memory. Several studies have shown no correlations between working memory deficits and age, gender, premorbid IQ, duration of disease or positive syndrome, but a correlation has been found with a low-educational level, and negative and disorganization symptoms. Neuroimaging studies have provided evidence of an involvement of the dorsolateral–prefrontal cortex during working memory performance. Many studies have demonstrated a functional deficit in this area. However, several recent studies have reported either equal or increased activation of the dorsolateral–prefrontal cortex in schizophrenia during working memory performance. Working memory deficits are present early in the course of schizophrenia and they have been shown to be consistently associated with reduced levels of elementary social skills and learning capacity. Unaffected relatives of individuals with schizophrenia and individuals diagnosed with schizotypal personality demonstrate deficits in tasks designed to measure working memory function. Working memory dysfunctions might be suitable candidate markers for vulnerability. Certain executive sub-processes seem to be the most heritable component of the working memory. Working memory deficits in schizophrenia may benefit from specific stimulation of receptors such as the dopaminergic D1 receptor, adrenergic ⍺-2A receptor or nicotinic receptors. Few studies on the effect of antipsychotic medication on working memory in schizophrenia have been carried out and their results are highly variable. Atypical antipsychotic drugs, notably risperidone, have appeared to improve performance in working memory tasks. Cognitive exercises can improve working memory with a six-month persistent effect.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Évaluation cognitive, Mémoire de travail, Schizophrénie, Troubles cognitifs

Keywords : Cognitive dysfunction, Cognitive evaluation, Schizophrenia, Working memory


Plan


© 2007  L’Encéphale, Paris, 2007. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 3

P. 289-298 - juin 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Infanticide en post-partum : à propos d’un cas
  • I. Rammouz, D.A. Tahiri, R. Aalouane, S. Kjiri, A. Belhous, J.E. Ktiouet, F.Z. Sekkat
| Article suivant Article suivant
  • Tabac et schizophrénie : aspects épidémiologiques et cliniques
  • A. Dervaux, X. Laqueille

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.