Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Conditions d’utilisation en vie réelle du Pylera® en France à partir des données de l’assurance maladie - 08/11/17

Doi : 10.1016/j.respe.2017.04.004 
P. Blin a, M. Rouyer a, E. Guiard a, , F. Zerbib b, B. Diquet c, F. Mégraud b, F. Tison b, A. Abouelfath a, R. Lassalle a, C. Droz-Perroteau a, N. Moore a, d
a Bordeaux PharmacoÉpi, Inserm CIC1401, université de Bordeaux, Bordeaux, France 
b CHU de Bordeaux, Bordeaux, France 
c CHU d’Angers, Angers, France 
d Inserm U1219, Bordeaux, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Objectif principal

Évaluer le mésusage du Pylera® en France.

Objectifs secondaires

Décrire les caractéristiques des patients consommant du Pylera® ; décrire les nouvelles prescriptions d’un traitement spécifique pour éradiquer Helicobacter pylori (H. pylori) (indicateur ou proxy pour évaluer l’échec au traitement).

Méthodes

Étude de cohorte de patients avec une 1re délivrance de Pylera® (date index) entre le 1er avril 2013 et le 30 avril 2014 dans l’ÉGB (échantillon généraliste des bénéficiaires), un échantillon permanent représentatif au 1/97e de la base nationale de l’assurance maladie et du programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI), avec un historique et un suivi de 12 mois à partir de la date index. Le critère de mésusage était défini par la délivrance de plus d’une boîte de Pylera® à la date index ou d’une délivrance de Pylera® sans test diagnostique spécifique dans l’année précédant la date index.

Résultats

Un total de 540 patients a eu au moins une délivrance de Pylera® dont les caractéristiques générales étaient : âge moyen de 53 ans (15 % de plus de 70 ans, 1 % d’adolescents entre 12 et 18 ans), 44 % d’hommes, 30 % avec au moins une affection longue-durée (ALD) et 18 % déjà traités dans les 12 mois précédents pour une éradication de H. pylori. Les principaux prescripteurs de Pylera® étaient les gastro-entérologues ou médecins hospitaliers (61 %), suivis par les médecins généralistes (30 %). Un inhibiteur de la pompe à protons était codélivré dans 93 % des cas, principalement l’oméprazole (65 %), suivi de l’ésoméprazole (17 %). Neuf patients (2 %) avaient une insuffisance hépatique ou rénale et une patiente était enceinte. Cinquante-neuf patients (11 %) avaient au moins un critère de mésusage : 10 patients (2 %) avec une délivrance le même jour de plus d’une boîte de Pylera® (7 patients avec 2 boîtes, 2 avec 3 boîtes, et 1 avec 4 boîtes) et 49 patients (9 %) sans test à l’urée ou une endoscopie dans l’année précédente. En tenant compte de la sérologie comme test diagnostique, le nombre de patients avec un critère de mésusage diminue de 59 patients (11 %) à 51 patients (9 %). Pendant les 12 mois de suivi, 45 patients (8 %) ont eu une nouvelle délivrance de traitements pour éradiquer H. pylori, dont 17 patients dans les 3 mois suivant la date index.

Conclusion

Cette étude basée sur les données de remboursement de soins en France, montre un mésusage du Pylera® pour un peu plus de 10 % des patients, essentiellement une absence de test de diagnostic avant l’initiation du traitement, et la délivrance de plusieurs boîtes de Pylera® pour 2 % des patients. À cela s’ajoute quelques patients avec des contre-indications mentionnées dans le résumé des caractéristiques du produit, insuffisance rénale, insuffisance hépatique et grossesse. Les 8 % de patients qui ont eu une nouvelle délivrance dans l’année d’un traitement pour éradiquer H. pylori sont dans la borne basse des 10 % et 30 % de taux d’échec d’éradication de l’infection à H. pylori décrit dans la littérature en France.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 65 - N° S3

P. S112 - juin 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Efficacité et tolérance du ticagrelor comparé au clopigrel et au prasugrel après un syndrome coronaire aigu : cohorte SPACE-AA de plus de 50 000 patients issus du Sniiram
  • P. Blin, C. Dureau-Pournin, J. Jové, R. Lassalle, J. Bénichou, L. Bonello, J. Dallongeville, N. Danchin, B. Falissard, F. Thomas-Delecourt, C. Droz-Perroteau, N. Moore
| Article suivant Article suivant
  • Analyses de sensibilité des comorbidités sur le parcours de soin des patients implantés d’un défibrillateur cardiaque à partir des données PMSI
  • M. Prodel, L. Lamarsalle, A. Vainchtock

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.