Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Utilisation de bisphosphonates et risque de cancer du sein dans la cohorte française E3N - 08/11/17

Doi : 10.1016/j.respe.2017.04.011 
A. Fournier a, b, , S. Mesrine a, b, c, A. Gelot a, b, G. Fagherazzi a, b, L. Baglietto a, b, d, F. Clavel-Chapelon a, b, M.-C. Boutron-Ruault a, b, N. Chabbert-Buffet e
a Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations (CESP), équipe « Générations et santé », inserm, université Paris-Sud, UVSQ, université Paris-Saclay, Villejuif, France 
b Gustave Roussy, Villejuif, France 
c Service de gynécologie, hôpital Bretonneau, CHRU de Tours, Tours, France 
d Service de médecine clinique et expérimentale, University of Pisa, Italie 
e Service de gynécologie-obstétrique et médecine de la reproduction, AP–HP hôpital Tenon, université Pierre-et-Marie-Curie Paris 06, Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

L’utilisation des bisphosphonates a fortement augmenté depuis le début des années 2000, principalement dans le traitement de l’ostéoporose postménopausique. Les études précliniques suggèrent qu’ils puissent également avoir une activité antitumorale. Nous avons donc évalué l’association entre l’utilisation de bisphosphonates et l’incidence de cancer du sein dans la cohorte française E3N.

Méthode

Au total, 64 438 femmes de la cohorte E3N ont été incluses dans les analyses. Au cours d’un suivi moyen de 7,2 années (2004–2011), 2407 cancers du sein primitifs ont été diagnostiqués. Les données issues des questionnaires biennaux de suivi ont été appariées avec des données précisant le code CIP et la date de délivrance des médicaments remboursés aux participantes de la cohorte depuis l’année 2004. L’exposition aux bisphosphonates a été caractérisée à partir de ces données de remboursement. Les données sur les facteurs de confusion potentiels (facteurs de risque cliniques de fracture ostéoporotique, surveillance de la densité minérale osseuse, facteurs de risque de cancer du sein) provenaient principalement des questionnaires de suivi. Les hazard ratios (HR) de cancer du sein et leur intervalle de confiance (IC) à 95 % ont été estimés à l’aide de modèles de Cox multivariés, dans lesquels l’exposition aux bisphosphonates était dépendante du temps.

Résultats

Nous n’avons pas trouvé de diminution du risque de cancer du sein avec l’utilisation de bisphosphonates (HR 1,0 ; IC 95 % 0,9–1,1, comparé au fait de n’avoir jamais été exposé). Nous n’avons pas mis en évidence d’interaction significative avec l’âge, l’indice de masse corporelle, le délai depuis la ménopause, la prise de traitements hormonaux de la ménopause, de calcium ou de vitamine D. Les analyses n’ont pas montré de variations de risque en fonction de la molécule utilisée (acide alendronique/acide risedronique/acide ibandronique/autres), et nous n’avons pas trouvé de tendance significative en fonction de la dose cumulée, de la durée d’utilisation ou du délai depuis la dernière utilisation. En revanche, nous avons observé une diminution significative du risque de cancer du sein uniquement dans la première année suivant l’initiation du traitement par bisphosphonates (HR 0,6 ; IC 95 % 0,4–0,9). Des données complémentaires suggèrent que ce résultat puisse s’expliquer par un biais de surveillance, le traitement par bisphosphonates étant préférentiellement prescrit aux femmes ayant réalisé récemment une mammographie (et donc, avec une probabilité plus faible de diagnostic d’un cancer du sein dans les mois suivants). Enfin, nous n’avons pas trouvé de variation significative de l’association bisphosphonates-cancer du sein en fonction du type de cancer du sein considéré : ER+ (HR 1,0 ; IC 95 % 0,8–1,1), ER- (HR 1,0 ; IC 95 % 0,7–1,5), invasif (HR 1,0 ; IC 95 % 0,8–1,1) ou in situ (HR 0,9 ; IC 95 % 0,6–1,3).

Conclusion

Nos résultats ne sont pas en faveur d’un effet protecteur vis-à-vis du risque de cancer du sein des bisphosphonates utilisés dans le traitement de l’ostéoporose post-ménopausique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Bisphosphonates, Cancer, Cancer du sein, Cohorte, Pharmaco-épidémiologie, Prévention primaire


Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 65 - N° S3

P. S115-S116 - juin 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation du risque d’insuffisance hépatique aiguë conduisant à l’inscription sur liste de transplantation (IHAT), associée à une exposition médicamenteuse, sur une période de six ans en France
  • S. Lignot-Maleyran, S. Micon, J. Jové, R. Lassalle, C. Droz-Perroteau, N. Moore
| Article suivant Article suivant
  • L’évolution des dépenses d’assurance maladie liées aux antidiabétiques et leurs projections jusqu’en 2020
  • G. De Lagasnerie, A.-S. Aguadé, C. Gastaldi-Ménager, A. Fagot-Campagna

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.