Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Évaluation médico-économique des cycles de fécondation in vitro avec stimulation par hMG en France - 08/11/17

Doi : 10.1016/j.respe.2017.04.036 
K. Mari ,  C.Portugues, F. Mistretta
 RCTs, Lyon, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Objectifs

L’assistance médicale à la procréation (AMP) s’est considérablement développée sur les dernières décennies, avec 140 519 tentatives réalisées en 2013 [Rapport ABM 2013]. Parmi les types d’AMP, la fécondation in vitro (FIV) est majoritaire : elle représente 59,86 % tentatives en 2013. Les améliorations liées à une meilleure compréhension de l’infertilité, aux avancées techniques dans le domaine de la FIV et à la diminution des complications dues aux traitements ainsi que l’évolution des styles de vie, comme par exemple le recul de l’âge au premier enfant, sont autant d’éléments qui font penser que le recours à la FIV ne va pas diminuer. La question du coût de ces procédures devient alors importante. L’objectif de cette étude était de réaliser une évaluation médico-économique de la FIV en comparant la stimulation réalisée par les deux hMG disponibles en France, en termes de coûts (coût du traitement, coût par patiente, par naissance vivante, par enfant né) et d’efficacité (taux de naissance vivante, nombre d’enfants nés). Ces deux hMG diffèrent par l’origine de l’activité LH, liée à une hCG d’origine pituitaire pour l’une (hMGpi) et à une hCG majoritairement placentaire pour l’autre (hMGpl).

Méthodes

Le modèle, adapté de Wex-Wechowski (2010), repose sur une cohorte fictive de 50 000 patientes, à travers une simulation discrete event simulation (« DES »). Chaque patiente passe par une succession d’événements (stimulation, ponction, fécondation, transfert, nidation, grossesse, naissance vivante) et les coûts et les résultats obtenus sont calculés individuellement, puis sur la cohorte complète. Le modèle a été décliné selon deux options, en fonction du nombre d’embryons transférés (double : DET et simple : SET). Une analyse principale (prix unitaire identique) et une analyse secondaire (prix unitaire réel) ont été réalisées. Pour chacune de ces analyses, on a d’abord procédé en excluant les coûts maternels et néonataux ; ces coûts ont ensuite été inclus. Des analyses de sensibilité portant sur les principaux paramètres du modèle (taux de fécondation, taux d’implantation, taux d’accouchement) ont été réalisées.

Résultats

En termes de coûts, on a montré que le coût de hMGpl était de 608 € (analyse principale) ou 544€ (analyse secondaire), alors que celui de hMGpi était de 716 €. En pourcentage, la part du coût de hMGpl dans le coût moyen par patiente est toujours inférieure à celle de hMGpi (8,69–20,13 % versus 11,36–24,47 %). Par ailleurs, le coût moyen par naissance vivante avec hMGpl était inférieur de 755 € à 1423 € à celui avec hMGpi. En termes d’efficacité, les analyses ont montré qu’avec l’option DET, hMGpl était plus efficace que hMGpi en termes de taux de naissance vivante (29,63 versus 28,40 %) ou de nombre d’enfants nés pour 1000 stimulations (351 versus 331).

Conclusion

Les conclusions sur les coûts allaient toutes dans le même sens : hMGpl coûtait moins cher que hMGpi. Avec la prise en compte des coûts maternels et néonataux, ce différentiel avait tendance à s’annuler. Les conclusions en termes d’efficacité étaient également systématiquement favorables à hMGpl avec l’option DET. Avec l’option SET, les conclusions étaient plus neutres.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 65 - N° S3

P. S128 - juin 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Efficacité en vie réelle du traitement par injection intravitréenne de ranibizumab pour une baisse de l’acuité visuelle due à un œdème maculaire diabétique : la cohorte BOREAL
  • P. Blin, C. Delcourt, P. Massin, P.-J. Guillausseau, C. Creuzot-Garcher, L. Kodjikian, R. Lassalle, A. Chartier, M.-A. Bernard, F. Hamoud, H. Maizi, L. Finzi, C. Droz-Perroteau, A. Grolleau, A. Grelaud, N. Moore
| Article suivant Article suivant
  • Analyse coût–utilité d’une prothèse totale de genou posée tôt versus tard pour les patients arthrosiques
  • K. Mari, P. Dégieux, F. Mistretta, F. Guillemin, P. Richette

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.