Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Transplantation hépatique chez l'adulte - 28/11/17

[4-0379]  - Doi : 10.1016/S1634-6939(17)54659-1 
P. Houssel-Debry a, b, c, , M. Latournerie a, M. Rayar b, c, C. Jezequel a, C. Camus e, L. Sulpice b, d, V. Desfourneaux b, H. Jeddou b, A. Merdrignac b, d, K. Boudjema b, c, d
a Service des maladies du foie, Hôpital Pontchaillou, CHU de Rennes, 2, rue Henri-Le-Guilloux, 35000 Rennes, France 
b Service de chirurgie hépatobiliaire et digestive, Hôpital Pontchaillou, CHU de Rennes, 2, rue Henri-Le-Guilloux, 35000 Rennes, France 
c Inserm-CIC 1414, Hôpital Pontchaillou, 2, rue Henri-Le-Guilloux, 35000 Rennes, France 
d Université de Rennes 1, CHU de Rennes, 2, rue Henri-Le-Guilloux, 35000 Rennes, France 
e Service de réanimation médicale, CIC 1414, Hôpital Pontchaillou, CHU de Rennes, 2, rue Henri-Le-Guilloux, 35000 Rennes, France 

Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le mercredi 29 novembre 2017

Résumé

Le nombre de greffes hépatiques réalisées chaque année en France ne cesse d'augmenter. Cette croissance ne permet pourtant pas de satisfaire à une demande toujours plus importante. Aujourd'hui, il y a deux fois plus de malades en attente de greffe que de greffons disponibles. Cet état de pénurie fait de la transplantation d'organes, et de foie en particulier, - en l'absence de solution alternative comme la dialyse ou le cœur artificiel - un exercice complexe. Il ne s'agit pas simplement de reconnaître l'indication chez le bon patient mais il faut aussi reconnaître le bon moment en intégrant le délai qu'il faudra probablement attendre pour trouver le bon greffon. La maîtrise de cette stratégie, les progrès de l'immunosuppression et l'expertise chirurgicale assurent aujourd'hui de très bons résultats. Pratiquement 70 % des greffés vivent normalement après la greffe, toutes indications confondues. Ces résultats sont le fruit d'indications bien posées, au bon moment, d'une expertise dans la réalisation du geste technique, d'une prise en charge périopératoire adaptée à la gravité de la maladie initiale et au terrain du receveur, d'un suivi régulier et attentif à la recherche des deux principales sources d'échecs au long cours : la récidive de la maladie initiale et les complications des traitements immunosuppresseurs. Parmi les nombreux défis qui restent encore à relever, l'amélioration de l'accès à la greffe est sans doute le plus prégnant. Cela suppose d'augmenter le nombre des greffons et de réduire le délai d'attente sur la liste de greffe.


Mots-clés : Transplantation hépatique, Complications, Carcinome hépatocellulaire, Cirrhose, Score MELD, Immunosuppression, Rejet


Plan


© 2017  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.