Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Wearing of examination gloves and hygiene practice among dermatologists: A national survey - 29/11/17

Port de gants d’examen et pratiques d’hygiène chez les dermatologues : enquête nationale

Doi : 10.1016/j.annder.2017.10.007 
D. Penso-Assathiany , T.-A. Duong
 Service de dermatologie, hôpital Henri-Mondor, 51, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 94010 Créteil, France 

Corresponding author.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le mercredi 29 novembre 2017

Summary

Introduction

Touch is essential for dermatologists. Differences in practice, such as whether or not to wear examination gloves, may be seen among dermatologists. To investigate this approach and its associated factors, we conducted a national survey to study hygiene measures and the wearing of gloves among dermatologists, e.g. wearing a coat, hand washing between patient visits, hand shaking and past history of infectious disease transmitted by patients. The context and circumstances in which gloves were worn was studied.

Results

Four hundred and seventy-four dermatologists responded to the survey (median age: 52 years). Most dermatologists reported wearing examination gloves as follows: always (21%, n=99), occasionally (76%, n=359), never (3%, n=13). Most physicians reported wearing a coat (91%, n=419) and routinely washing their hands after examination (53%, n=241). A minority of physicians reported shaking hands (36%, n=163). A significant number of dermatologists reporting that they wore examination gloves were younger and female, and these practitioners also washed their hands more frequently. The most common reason cited by dermatologists wearing gloves “occasionally” was patient hygiene (71%, n=256) rather than infectious skin disease (52%, n=186). This practice was ascribable more to concerns by dermatologists about protecting themselves (78%, n=270) rather than protecting patients (51%, n=169). Finally, it was felt that wearing gloves impaired neither the quality of clinical examination (52%, n=173) nor relations with patients (49%, n=160).

Conclusion

Although wearing gloves is not recommended for examining unbroken skin, most of the respondents reported wearing examination gloves during their consultations. Wearing of gloves was associated with more frequent hygiene measures (hand washing, no handshaking) and was based on concern for self-protection.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Introduction

Le toucher est indispensable à l’examen dermatologique. L’observation des pratiques dans un service de dermatologie nous a amenées à nous interroger sur les différences d’habitudes quant au port de gants d’examen. Un questionnaire a été élaboré afin de sonder les dermatologues sur leurs habitudes en la matière, ainsi que leurs pratiques d’hygiène et les facteurs liés au port des gants.

Matériel et méthodes

Le questionnaire était adressé aux 1870 dermatologues membres de la Société française de dermatologie (SFD). Il portait sur les caractéristiques démographiques habituelles, sur le caractère systématique ou non du port de gants d’examen, du port de la blouse, du lavage des mains entre chaque patient, de la poignée de mains ainsi que sur les antécédents de contamination présumée à partir d’un patient. Le contexte et les circonstances du port de gants étaient également recueillis.

Résultats

Quatre cents soixante-quatorze dermatologues ont répondu ; leur âge médian était de 52 ans. Une majorité d’entre eux déclaraient porter des gants d’examen : toujours (21 %, n=99) ou parfois (76 %, n=359) (jamais 3 %, n=13) ; porter une blouse d’examen (91 %, n=419) ; se laver systématiquement les mains entre deux patients (53 %, n=241). Une minorité déclaraient toujours serrer la main des patients (36 %, n=163). Les dermatologues portant des gants étaient significativement plus jeunes et de sexe féminin ; ils se lavaient plus souvent les mains. Parmi ceux portant « parfois » des gants, le choix d’en porter était plus fonction de l’hygiène du patient (71 %, n=256) que du risque contagieux de la dermatose (52 %, n=186) ; l’objectif était plus de se protéger (78 %, n=270) que de protéger le patient (51 %, n=169) ; enfin ni la qualité de l’examen clinique (52 %, n=173) ni celle de la relation avec le patient (49 %, n=160) n’étaient considérées comme altérées par le port de gants.

Conclusion

Alors que le port de gants n’est pas recommandé pour l’examen de la peau non lésée, une grande majorité des dermatologues interrogés déclaraient porter des gants d’examen lors de leurs consultations. Ce port de gants est associé à des pratiques d’hygiène plus fréquentes (lavage de mains, absence de poignée de mains) et présente un caractère auto-protecteur.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Examination gloves, Hygiene

Mots clés : Gants d’examen, Hygiène


Plan


© 2017  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.