Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Retentissement psychologique et connaissances par rapport à la fin de vie en médecine d’urgence pré-hospitalière chez les médecins du SMUR – résultats de l’enquête nationale de 2013 - 01/12/17

Psychological impact and knowledge of end life situations in pre-hospital emergency medicine – results of national survey 2013

Doi : 10.1016/j.jeurea.2017.10.002 
R. Jouffroy , M. Michaloux, G. Khelifi, A. Guyard, P. Philippe, P. Carli, B. Vivien
 Service d’anesthésie-réanimation, SAMU, hôpital Necker-enfants malades, AP–HP, 149, rue de Sèvres, 75015 Paris, France 

Auteur correspondant. SAMU de Paris, département d’anesthésie-réanimation, hôpital Necker-enfants malades, 149, rue de Sèvres, 75730 Paris cedex 15, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Depuis 2005, la question de la fin de vie bénéficie d’un cadre législatif grâce à la loi Léonetti ayant entraîné une modification de la formation médicale. Néanmoins, le retentissement psychologique et la connaissance des notions relatives à la fin de vie en médecine d’urgence pré-hospitalière n’ont pas fait l’objet d’une évaluation. L’objectif de cette enquête nationale était d’évaluer le retentissement psychologique et la connaissance des notions relatives à la fin de vie en médecine d’urgence pré-hospitalière chez les médecins SMUR.

Patients et méthodes

Un questionnaire anonyme de 26 questions à choix multiples a été envoyé par voie électronique au cours de l’année civile 2013 aux médecins exerçant dans un SMUR. Ces questions évaluaient le retentissement psychologique des situations de fin de vie rencontrées en médecine d’urgence pré-hospitalière ainsi que la connaissance des notions relatives à la fin de vie et leur applicabilité à la médecine d’urgence pré-hospitalière.

Résultats

Trois cent vingt-trois questionnaires ont été analysés. L’âge moyen des sujets est de 40±4 ans avec 58 % d’hommes. Cinquante-deux pour cent des sujets ont été exposés plusieurs fois par an à une situation de fin de vie nécessitant des soins de confort. Ces situations ont entraîné un sentiment de découragement transitoire et/ou de morosité dans 19 % des cas, durant quelques minutes dans 35 % des cas et source d’angoisse dans 8 % des cas pour les soins de confort. Quatre-vingt-quinze pour cent des sujets ont déclaré avoir eu besoin de parler de ces situations dont 87 % immédiatement au décours de l’intervention avec des personnels du SAMU/SMUR dans 70 % des cas. Quatre-vingt-onze pour cent ont pu le faire dont 70 % avec d’autres personnels du SAMU/SMUR. Par ailleurs, ces situations ont été à l’origine d’une modification de la perception de la fin de vie dans 79 % des cas. Les notions de directives anticipées et de personne de confiance sont connues par 90 % des médecins de SMUR. Au total, 92 % de ces médecins estiment que la notion de directives anticipées est à prendre en compte dans le cadre de la médecine d’urgence pré-hospitalière et 96 % estiment que la personne de confiance doit être sollicitée si elle est présente. Par ailleurs, 29 % des médecins estiment qu’une décision de limitation de soins dans le contexte de la médecine d’urgence pré-hospitalière doit se limiter à des critères médico-scientifiques.

Conclusion

L’exposition aux situations de fin de vie nécessitant des soins de confort est fréquente chez les médecins SMUR avec un retentissement psychologique et professionnel marqué. Les notions de directives anticipées et de personne de confiance sont très bien connues et devraient probablement être utilisées dans le cadre de la médecine d’urgence pré-hospitalière.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Background

Since 2005 in France, end of life issues have appeared in legislative framework through the Leonetti law leading to changes in medical education. However, psychological impact and knowledge of concepts related to end of life in pre-hospital emergency medicine have not been evaluated. The purpose of this national survey was to assess psychological impact and knowledge of concepts related to end of life in pre-hospital emergency physicians.

Patients and methods

An anonymous survey of 26 multiple-choice questions was sent electronically during 2013 at all pre-hospital emergency physicians. The questions assessed psychological impact of end of life situations encountered in pre-hospital emergency medicine and knowledge of concepts related to end of life and their applicability to pre-hospital emergency medicine.

Results

Three hundred and twenty three questionnaires were analyzed. The mean age is 40±4 years with 58% men. Fifty two per cent of subjects were exposed several times a year to a situation requiring end of life comfort care. These situations have led to a feeling of transient discouragement and/or gloomy in 19% during a few minutes in 35% and a source of anxiety in 8% for comfort care. Ninety-five per cent reported a need to talk about these situations: eighty-seven per cent could do it immediately with other physicians working in pre-hospital emergency in 70%. Moreover, these situations have been the cause of a change in the perception of the end of life in 79%. Concepts of advance directives and trustworthy person were known by 90%. Ninety-two per cent believe that the concept of advance directives should be taken into account in the pre-hospital emergency medicine and 95% believe that the trusted person should be sought if present. In addition, 29% believe that a decision to limit care in the context of pre-hospital emergency medicine should be limited to medical and scientific criteria.

Conclusion

Exposure to situations requiring end of life comfort care is common among physicians working in pre-hospital emergency with a consequent psychological impact. Concepts of advance directives and trustworthy person are very well known and should probably be used in pre-hospital emergency medicine.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Médecine d’urgence, Fin de vie, Retentissement psychologique

Keywords : Emergency medicine, End of life, Psychological impact


Plan


© 2017  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 29 - N° 4

P. 296-302 - décembre 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Retentissement psychologique des situations de fin de vie en médecine d’urgence préhospitalière chez les médecins du Samu de Paris (Samu 75)
  • R. Jouffroy, M. Michaloux, G. Khelifi, A. Guyard, P. Philippe, P. Carli, B. Vivien
| Article suivant Article suivant
  • Ne restez pas sans prendre de décision
  • Francis Bonnet

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.