Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Épidémiologie des consultations aux urgences pour une retention aiguë d’urine - 13/01/18

Epidemiology of emergency consultations for acute urine retention

Doi : 10.1016/j.purol.2017.12.001 
J. Gas a, , A. Liaigre-Ramos b, J.B. Beauval a, M. Roumiguié a, V. Tostivint a, P.-M. Patard a, E. Huyghe a, M. Soulié a, S. Charpentier b, X. Gamé a
a Département d’urologie, transplantation rénale et andrologie, CHU de Toulouse, 31059 Toulouse, France 
b Service d’accueil des urgences, CHU de Toulouse, 31059 Toulouse, France 

Auteur correspondant. Département d’urologie, transplantation rénale et andrologie, CHU Rangueil, TSA 50032, 31059 Toulouse cedex 9, France.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le samedi 13 janvier 2018

Résumé

Introduction

La rétention aiguë d’urine (RAU) est un motif fréquent de consultation aux urgences. Elle est peut-être primaire ou secondaire et touche les hommes comme les femmes. Le but de cette étude était de déterminer le profil des hommes consultant aux urgences pour une RAU.

Matériel et méthode

Une étude rétrospective monocentrique incluant tous les hommes ayant consulté le service d’accueil des urgences entre janvier 2014 et décembre 2016 pour une rétention aiguë d’urine, a été menée.

Résultats

En 3 ans, 731 patients ont été admis pour une RAU (611 hommes et 120 femmes). La moyenne d’âge était de 71,6±14 ans avec un volume médian de la rétention de 948±668mL drainé pour 96 % des patients (n=584) par une sonde vésicale et 4 % (n=27) par un cathéter sus-pubien. La plupart des patients avait un antécédent urologique (66 %, n=104) ou neurologique (40 %, n=242) et 23 % (n=136) avaient déjà eu un épisode de RAU. Dans 28 % des cas (n=173), le globe n’était pas douloureux. Une majorité des RAU étaient d’origine primaire 53 % (n=326) versus 46 % (n=279) qui étaient secondaires à un geste chirurgical récent (<1 mois) (15 %, n=89), une hématurie (9 %, n=54) ou des infections urinaires masculines (7 %, n=42). Les patients ont été traités en externe dans 71 % des cas (n=436), 25 % (n=153) ont été hospitalisés avec significativement plus de comorbidités.

Conclusion

Les hommes consultant aux urgences d’un CHU pour une RAU sont en moyenne âgés de 72 ans, avec un globe moyen de 942mL. Dans un tiers des cas, ils ont un antécédent d’HBP, avec un traitement à visée prostatique de type alpha-bloquant. La quasi-totalité des patients a été traitée par la pose d’une sonde vésicale et les deux tiers pris en charge en externe.

Niveau de preuve

4.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Acute urinary retention (AUR) is a common reason for emergency consultation. It may be spontaneous or precipitated and affects both men and women. The purpose of this study was to determine the profile of men visiting emergency departments for an AUR.

Materiel and methods

A retrospective monocentric study including all men who consulted the emergency department between January 2014 and December 2016 for AUR was conducted.

Results

In 3 years, 731 patients were admitted for AUR (611 men and 120 women). The mean age was 71.6±14 years with a mean retention volume of 948±668mL drained for 96% of patients (n=584) through a bladder catheter and 4% (n=27) with a suprapubic catheter. Most patients had an urological (66%, n=104) or neurologic (40%, n=242) history and 23% (n=136) already had an episode of AUR. In 28% of cases (n=173), the globe was not painful. A majority of AUR were spontaneous, 53% (n=326) versus 46% (n=279) who were precipitated, secondary to a recent surgical procedure (<1 month) (15%, n=89), hematuria (9%, n=54), or male urinary tract infections (7%, n=42). Patients were treated externally in 71% (n=436), 25% (n=153) were hospitalized with significantly more comorbidities.

Conclusion

Men consulting emergency for AUR are 72 years old, with a globe volume of 942mL. Thirty-three percent have a history of BPH, with a prostate treatment like alpha-blockers type. Almost all patients were treated with a bladder catheter and the majority was treated externally.

Level of evidence

4.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Rétention aiguë d’urine, Hyperplasie bénigne de la prostate, Urgence, Épidémiologie, Drainage vésical

Keywords : Acute urinary retention, Benign prostate hyperplasia, Emergency, Epidemiology, Bladder catheter


Plan


© 2017  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.