Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Épidémiologie de la mortalité maternelle en France, 2010–2012 - 13/01/18

Epidemiology of maternal mortality in France, 2010–2012

Doi : 10.1016/j.anrea.2017.11.004 
C. Deneux-tharaux , M. Saucedo
 Inserm U1153, équipe EPOPé, épidémiologie obstétricale périnatale et pédiatrique, maternité Port-Royal, 53, avenue de l’Observatoire, 75014 Paris, France 

*C. Deneux-tharaux, Inserm U1153, équipe EPOPé, épidémiologie obstétricale périnatale et pédiatrique, maternité Port-Royal, 53, avenue de l’Observatoire, 75014 Paris, France.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le samedi 13 janvier 2018
Cet article a été publié dans un numéro de la revue, cliquez ici pour y accéder

Résumé

Objectif

Décrire, pour la période 2010–2012, la fréquence, les causes, les facteurs de risque, l’adéquation des soins et l’évitabilité des morts maternelles en France.

Méthode

Données issues de l’Enquête nationale confidentielle sur les morts maternelles pour 2010–2012.

Résultats

Pour la période 2010–2012, 256 décès maternels sont survenus en France soit un ratio de mortalité maternelle de 10,3 décès pour 100 000 naissances vivantes (IC 95 % : 9,1–11,7), stable par rapport à 2007–2009. Par rapport aux femmes d’âge 25–29 ans, le risque est multiplié par 2,4 pour les femmes âgées de 35–39 ans, et par 3 au-delà de 40 ans. Il existe des disparités territoriales : 1 mort maternelle sur 7 survient dans les DOM, et le ratio de mortalité maternelle dans les DOM est 4 fois celui de la métropole ; et des disparités sociales : la mortalité des femmes migrantes reste 2,5 fois celle des femmes nées en France, surmortalité particulièrement marquée pour les femmes nées en Afrique subsaharienne dont le RMM est 3,5 fois celui des femmes nées en France. Un résultat majeur de ce rapport est la diminution d’un tiers de la mortalité maternelle directe depuis 10 ans, essentiellement expliquée par la baisse, pour la première fois statistiquement significative, de la mortalité par hémorragie obstétricale dont la fréquence a été divisée par 2 en 10 ans. Toutefois, la quasi-totalité des décès par hémorragie restants est jugée évitable et cette cause reste la 1re cause de mortalité maternelle en France (11 % des décès). Globalement, 56 % de ces décès maternels sont considérés comme « évitables» ou « peut-être évitables » et dans 59 % des cas les soins dispensés n’ont pas été optimaux.

Conclusion

La mortalité maternelle directe et en particulier la mortalité maternelle par hémorragie a baissé significativement depuis 10 ans, ce qui témoigne d’une amélioration des soins obstétricaux. Cependant des inégalités territoriales et sociales persistent, et la majorité des décès restent évitables, ce qui montre que l’identification des opportunités d’amélioration doit se poursuivre. Pour aller encore plus loin dans la compréhension des mécanismes impliqués, et identifier des pistes précises de prévention, il convient d’analyser en détail les histoires de chaque mort maternelle afin de dégager les éléments répétitifs dans la série de décès. C’est ce que proposent les articles suivants de ce numéro, avec une analyse par cause de décès, selon l’idée qu’une même cause produit les mêmes effets.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objective

To describe, for the period 2010–2012, the frequency, the causes, the risk factors, the adequacy of care and the avoidability of maternal deaths in France.

Method

Data from the National Confidential Enquiry into Maternal Deaths for 2010–2012.

Results

For the period 2010–2012, 256 maternal deaths occurred in France, a maternal mortality ratio of 10.3 per 100,000 live births (95% CI: 9.1–11.7), stable compared to 2007–2009. Compared to women aged 25–29, the risk is multiplied by 2.4 for women aged 35–39, and by 3 for women over 40 years. There are territorial disparities: 1 out of 7 maternal deaths occurs in the French overseas departments, and the maternal mortality ratio in those departments is 4 times that of metropolitan, France; and social disparities: the mortality of migrant women remains 2.5 times higher than that of women born in France, particularly for women born in sub-Saharan Africa whose RMM is 3.5 times that native women. A major finding is the 1/3 decrease in direct maternal mortality over the last 10 years, mainly due to for the first time the statistically significant decrease in mortality from obstetric hemorrhage, the frequency of which was divided by 2 in 10 years. However, almost all of the remaining deaths from hemorrhage are considered preventable and this is still the leading cause of maternal mortality in France (11% of deaths). Overall, 56% of these maternal deaths are considered “avoidable” or “possibly avoidable” and in 59% of cases the care provided was not optimal.

Conclusion

Direct maternal mortality and in particular maternal mortality from hemorrhage has decreased significantly over the past 10 years, indicating improved obstetric care. However, territorial and social inequalities persist, and the majority of deaths remain preventable, which shows that the identification of opportunities for improvement must continue. To go even further in understanding the mechanisms involved, and to identify precise avenues of prevention, it is necessary to analyze in detail the stories of each maternal death in order to identify the repetitive elements in the series of deaths. This is what the following articles in this issue propose, with an analysis by cause of death, according to the idea that the same cause produces the same effects.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Mortalité maternelle, Épidémiologie, Fréquence, Facteurs de risque, Évitabilité

Keywords : Maternal mortality, Epidemiology, Frequency, Risk factors, Avoidability


Plan


 Nous reproduisons ce texte initialement paru dans la revue Gynécologie Obstétrique Fertilité & Sénologie pour en assurer la plus large diffusion auprès des anesthésistes-réanimateurs. Toute référence à ce texte devra renvoyer à la référence princeps, comme suit : Gynecol Obstet Fertil Senol 2017;45(12 Suppl.):S8–S21.
☆☆ 5e rapport de l’Enquête nationale confidentielle sur les morts maternelles (2010–2012).


© 2017  Société française d'anesthésie et de réanimation (Sfar). Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.