Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Genetics of hypophosphatasia - 31/01/18

Génétique de l’hypophosphatasie

Doi : 10.1016/S0929-693X(18)30014-9 
E. Mornet
 Service de biologie, unité de génétique constitutionnelle, centre hospitalier de Versailles, Le Chesnay, France 

*Corresponding author.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Summary

Hypophosphatasia (HPP) is a rare inherited disorder primarily affecting bone and dental mineralization. Although there is a continuum in the severity of the disease, clinical forms may be arbitrarily distinguished on the basis of age at onset and the presence or absence of bone symptoms: perinatal, infantile, juvenile, adult, prenatal benign, and odontological. Severe forms (perinatal and infantile) are autosomally recessively inherited while less severe forms may be autosomally recessively or dominantly inherited. Genetic counseling is complicated by the coexistence of the two modes of inheritance, the incomplete penetrance of the dominant forms, the markedly variable expression of the disease, including intra-familial expression, and the existence of a benign prenatal form that may sometimes be difficult to distinguish from the severe prenatal form. The disease is due to loss-of-function mutations in the Alkaline Phosphatase-Liver (ALPL) gene encoding the tissue nonspecific alkaline phosphatase (TNSALP). The great variety of missence mutations and the dominant negative effect of some mutations largely explain the clinical heterogeneity. Directed mutagenesis studies allowed further elucidation of the cellular pathophysiology of HPP, classification of the alleles in terms of their severity and dominant negative effect, and molecular explanations of the dominant inheritance mode. Genetics significantly contributed to show that there are in fact two HPPs, rare, severe and recessive HPP, and mild recessive or mild dominant HPP, which is markedly more frequent and probably under-diagnosed. The prevalence of the severe forms of HPP has been estimated to be 1/300,000 in France and Northern Europe while the prevalence of the moderate forms of HPP may reach 1/6,370.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

L’hypophosphatasie (HPP) est une maladie héréditaire affectant essentiellement la minéralisation osseuse et dentaire. Bien qu’il existe un continuum dans la sévérité de l’affection, on distingue six formes cliniques en fonction de l’âge d’apparition des symptômes et de la présence ou non de manifestations osseuses : périnatale, infantile, juvénile, adulte, prénatale bénigne et odontologique. Les formes sévères (périnatale et infantile) sont transmises sur le mode récessif autosomique tandis que les formes moins sévères peuvent être transmises sur les modes dominant ou récessif autosomiques. Le conseil génétique est compliqué par la coexistence des deux modes de transmission, la pénétrance incomplète des formes dominantes, l’expressivité variable, y compris intrafamiliale, et l’existence d’une forme prénatale bénigne parfois difficile à distinguer de la forme prénatale sévère. La maladie est due aux mutations du gène Alkaline Phosphatase-Liver (ALPL) codant pour la phosphatase alcaline non tissu-spécifique (TNSALP). La grande variété de mutations faux-sens ainsi que l’effet dominant négatif de certaines d’entre elles expliquent une grande part de l’hétérogénéité clinique. Des expériences de mutagenèse dirigée ont permis de mieux comprendre la pathophysiologie cellulaire de l’HPP, de classer les allèles selon leur sévérité et leur effet dominant négatif, et de proposer des explications moléculaires au mode de transmission dominant. Un des apports significatifs de la génétique aura été de montrer qu’il y a deux HPP, l’HPP sévère, récessive et rare, et l’HPP modérée, récessive ou dominante, beaucoup moins rare et probablement sous-diagnostiquée. La prévalence des formes sévères a été estimée à 1/300 000 en France et en Europe du Nord, celle des formes modérées pourrait atteindre 1/6 370.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2017  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 24 - N° 5S2

P. 5S51-5S56 - mai 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Hypophosphatasia: better knowledge for better care…
  • J.-P. Salles, A. Linglart
| Article suivant Article suivant
  • Laboratory diagnosis of hypophosphatasia
  • I. Gennero, F. Conte-Auriol, J.-P. Salles

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.