Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Quand le patient appelle le Samu car son pacemaker fait « tic-tac ». Enquête sur la connaissance de l’existence d’une alarme sonore dans les pacemakers - 04/02/18

When the patient calls the SAMU because his pacemaker is making “beep-beep”. Study on physicians’ knowledge on pacemaker sound alarm

Doi : 10.1016/j.ancard.2017.06.003 
F. Lapostolle , N. Laghmari, P.-G. Reuter, H. Akodad, F. Adnet
 SAMU 93, UF recherche-enseignement-qualité, université Paris 13, Sorbonne Cité, EA 3509, hôpital Avicenne, 125, rue de Stalingrad, 93009 Bobigny, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 3
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Plus de 60 000 pacemakers sont implantés chaque année en France. Ce nombre est en augmentation régulière depuis une décennie. Divers incidents peuvent conduire les patients porteurs de pacemaker ou leurs proches à contacter les services d’urgence. À la suite de l’appel au Samu-Centre 15 d’une patiente de 90 ans, asymptomatique, mais dont le pacemaker faisait « tic-tac », nous avons évalué la connaissance des médecins participant à la permanence de soins Samu-Centre 15 sur l’existence d’alarmes sonores de pacemakers.

Méthodes

Quarante-deux médecins, urgentistes et généralistes, participant régulièrement à la régulation médicale et à la permanence de soins du Samu-Centre 15 de Seine-Seine-Denis ont été interrogés. Nous leur avons demandé comment un patient porteur d’un pacemaker pouvait être informé d’un dysfonctionnement de celui-ci sans être symptomatique.

Résultats

Aucun médecin interrogé n’a évoqué une alarme sonore. Tous ont confirmé en ignorer l’existence. Un médecin avait déjà été sollicité pour un motif analogue et avait orienté le patient vers le service des urgences sans savoir qu’il s’agissait d’une alarme.

Conclusion

Patients et médecins semblent insuffisamment informés de l’existence d’une alarme sonore dans les pacemakers. Un effort doit être fait pour que l’existence d’une telle alarme et la conduite à tenir lors de son déclenchement soit connues des patients et des médecins amenés à les prendre en charge.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Introduction

More than 60,000 pacemakers are inserted every year in France. This number has been steadily increasing for a decade. Miscellaneous incidents can lead patients with pacemakers or their relatives to contact emergency services. Following the call to the SAMU-Center 15 of a asymptomatic 90-year-old woman reported that her pacemaker was making “beep-beep”, we assessed the knowledge of physicians of the SAMU-Center 15 (call center) dispatching center on the existence of pacemaker sound alarms.

Methods

Forty-two physicians, emergency physicians and general practitioners, regularly participating in the medical dispatching of the SAMU-Center 15 in Seine-Seine-Denis were interviewed. We asked them how a patient with a pacemaker could be informed of a malfunction of it without being symptomatic.

Results

No physician interviewed mentioned an audible alarm. All of them confirmed their ignorance of its existence. One physician had already been asked for a similar reason and had referred the patient to the emergency department without knowing it was an alarm.

Conclusion

Patients and physicians seem insufficiently aware of the existence of the existence of pacemakers’ sound alarm. An effort must be made regarding the information on the existence of such an alarm and the way to managed it.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Pacemaker, Alarme, Urgences, Samu

Keywords : Pacemaker, Alarm, Emergency


Plan


© 2017  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 67 - N° 1

P. 58-60 - février 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les morts subites à Versailles : une relecture du traité de Dionis (1710)
  • P. Charlier

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.