Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Thérapie par déprivation d’androgène et risque cardiovasculaire : étude de cohorte française utilisant le Sniiram - 07/03/18

Doi : 10.1016/j.respe.2018.01.041 
L.-M. Scailteux a, b, , S. Vincendeau c, F. Balusson b, A. Happe b, B. Le Nautout b, E. Oger a, b
a Centre régional de pharmacovigilance, de pharmaco-épidémiologie et d’information sur le médicament, CHU de Rennes, Rennes, France 
b EA 7449 REPERES « Recherche en pharmaco-épidémiologie et recours aux soins », université Rennes 1, Rennes, France 
c Service d’urologie, CHU de Rennes, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les études observationnelles ont suggéré que les thérapies par déprivation d’androgène (ADT) utilisées dans le traitement du cancer de la prostate (CP) étaient associées à un risque cardiovasculaire (CV). Elles comparaient toutes des patients traités par ADT à des patients non traités ou sans cancer. L’objectif de cette étude évaluait si le risque CV différait entre les différentes modalités d’ADT.

Méthodes

Utilisant le Système national d’information inter-régime de l’assurance maladie (Sniiram) incluant les données de remboursement hospitalières, nous avons identifié des hommes adultes avec un CP initiant un ADT (agonistes et antagoniste de la « gonadotrophin releasing hormone » [GnRH], antiandrogène [AA], blocage androgénique complet [BAC], orchidectomie [OT]) ente le 01/07/2010 et le 31/12/2011, et suivis jusqu’au 31/12/2013. L’analyse principale suivait une approche « on-treatment » censurant les patients dès la première modification thérapeutique ; nous avons réalisé une analyse de Cox pour estimer des hazard ratios d’hospitalisation pour un évènement ischémique (accident vasculaire cérébral ischémique ou infarctus du myocarde, quel que soit le premier survenant), ajusté sur l’âge, les comorbidités à baseline, et la mort comme risque compétitif.

Résultats

Parmi les 35 118 nouveaux utilisateurs d’ADT, 71 % ont reçu un agoniste GnRH (référence), 12 % un BAC, 13 % un AA, 3,6 % un antagoniste GnRH et 0,6 % une OT. Les résultats montrent une augmentation du risque d’évènements ischémiques (HR ajusté 1,6 [1,3–2,0]) avec le BAC et une diminution du risque avec les AA (HR ajusté 0,6 [0,4–0,9]) comparativement aux agonistes GnRH. Aucune différence significative n’a été identifiée entre les agonistes et antagonistes GnRH (HR ajusté 1,2 [0,7–2,1]).

Discussion/Conclusion

Le risque CV est différent en fonction du type de modalité d’ADT reçue par le patient. La probabilité d’une différence cliniquement significative entre agonistes et antagoniste GnRH est faible. Dans un contexte où une meilleure survie totale et survie spécifique sans détérioration de la qualité de vie des challenges pour les cliniciens, une potentielle hétérogénéité du risque CV apparaît comme un critère de choix décisif lors de l’introduction d’une modalité d’ADT.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Risque cardiovasculaire, Ischémie, Sniiram, Cancer de la prostate, Hormonothérapie


Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 66 - N° S1

P. S20 - mars 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Efficacité des statines chez la personne âgée en fonction du risque cardiovasculaire en France
  • J. Bezin, N. Moore, Y. Mansiaux, P.-G. Steg, A. Pariente
| Article suivant Article suivant
  • L’utilisation des antiTNF? pendant la grossesse augmente le risque de complications chez les femmes atteintes de maladies inflammatoires chroniques de l’intestin. Cohorte rétrospective sur le Système national d’information inter-régimes de l’assurance maladie (EVASION)
  • M. Luu, E. Benzenine, M. Doret, C. Michiels, C. Quantin, M. Bardou

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.