Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Prise en charge du douloureux chronique en périopératoire - 12/03/18

[36-030-A-10]  - Doi : 10.1016/S0246-0289(18)58999-4 
A. Belbachir a, , M. Olivier b, J.-P. Estebe c
a Service d'anesthésie-réanimation chirurgicale, Hôpital Cochin, 27, rue du Faubourg-Saint-Jacques, 75014, Paris, France 
b Pôle anesthésie-réanimation, Hôpital de Purpan, CHU de Toulouse, 1, place du Docteur-Baylac, 31000, Toulouse, France 
c Service d'anesthésie, CHU de Rennes, 2, rue Henri-Le-Guilloux, 35033, Rennes cedex 9, France 

Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le mardi 13 mars 2018

Résumé

Les douleurs chroniques postchirurgicales (DCPC) sont des douleurs qui persistent plus de trois à six mois. Leur incidence est évaluée à environ 30 %. Elles se répartissent en trois groupes : le groupe dans lequel la douleur préopératoire n'existe normalement pas ou peu à rattacher souvent à des lésions nerveuses, le groupe où la douleur est préexistante à la chirurgie, fréquemment associée à un mécanisme d'inflammation avec son retentissement psychologique propre, et un groupe mixte où la douleur peut préexister mais se trouve exacerbée en postopératoire et dont le mécanisme mélange excès de nociception, inflammation et douleur neuropathique. Les différents facteurs prédictifs préopératoires sont abordés. La prise en charge préopératoire est envisagée dans le cadre d'une récupération améliorée après chirurgie montrant l'importance d'une prise en charge multidisciplinaire. Dans la phase opératoire, la prévention chirurgicale est primordiale sur l'incidence des DCPC. Sur le plan anesthésique, la prévention pharmacologique aborde la kétamine, les gabapentinoïdes, le protoxyde d'azote, l'analgésie locale et locorégionale, la lidocaïne intraveineuse, la dexaméthasone et les α2-agonistes. Durant la période postopératoire immédiate, la gestion des opioïdes et autres antalgiques prescrits en préopératoire est analysée sur la base d'exemples pratiques. La mise au point de la Société française d'anesthésie-réanimation rappelle le principe d'analgésie multimodale s'appuyant sur les antalgiques, les anti-inflammatoires, les antihyperalgésiques, l'anesthésie locorégionale (cathéters périnerveux et adjuvants). Les unités mobiles de douleurs aiguës trouvent leur place dans la gestion postopératoire immédiate des DCPC. Enfin, il est indispensable d'anticiper la sortie de ces patients et de prévoir un suivi analgésique et psychologique adapté au domicile. La création de consultations postchirurgicales spécialisées apparaît indispensable pour une gestion adaptée de ces patients récemment opérés.


Mots-clés : Douleur chronique postchirurgicale, Récupération améliorée après chirurgie, Facteurs prédictifs, Analgésie multimodale, Prise en charge pluridisciplinaire, Unités mobiles de douleur aiguë


Plan


© 2018  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.