Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Effets sur la santé associés à l’inhalation d’imperméabilisants ou d’autres aérosols de résines hydrophobes. Revue de la littérature - 20/03/18

Health effects associated with waterproofing spray inhalation. A literature review

Doi : 10.1016/j.toxac.2018.02.002 
Robert Garnier a, , Jacques Manel b

pour le Groupe de travail « Produits chimiques » du comité de coordination de la toxicovigilance

a Centre antipoison (CAP) de Paris, hôpitaux universitaires Saint-Louis-Lariboisière-Fernand-Widal, AP–HP, 200, rue du Faubourg-Saint-Denis, 75475 cedex 10 Paris, France 
b Centre antipoison Est, centre hospitalier universitaire de Nancy, Nancy, France 

Auteur correspondant.

Groupe de travail « Produits chimiques » du Comité de coordination de la toxicovigilance

Patrick Nisse c, Cécilia Solal d, Jean-Luc Bourrain e, Dominique Dupas f, Robert Garnier g, Michel Guerbet h, Jean-Pierre Lepoittevin e, Gael Le Roux i, Stéphane Malard j, Jacques Manel k, Jean-Marc Sapori l
c CAP de Lille, Lille, France 
d Anses, France 
e Revidal-Gerda, France 
f Centre de consultation de pathologie professionnelle de Nantes, 44000 Nantes, France 
g CAP de Paris, 75010 Paris, France 
h CHU de Rouen, 76000 Rouen, France 
i CAP d’Angers, 49000 Angers, France 
j INRS, 75011 Paris, France 
k CAP Est, 54000 Nancy, France 
l CAP de Lyon, 69000 Lyon, France 


Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le mardi 20 mars 2018

Résumé

Contexte

D’assez nombreux cas sporadiques et quelques épidémies de syndromes respiratoires secondaires à l’inhalation d’aérosols hydrophobes, en particulier d’imperméabilisants, ont été rapportés au cours des 4 dernières décennies, dans de nombreux pays différents. Les résultats de plusieurs études expérimentales des caractéristiques et/ou des effets toxiques de ces aérosols sont également disponibles. Les causes et les mécanismes exacts de ces accidents restent indéterminés, ce qui est un obstacle majeur à la prévention de ces effets sanitaires parfois graves. Le comité de coordination de la toxicovigilance s’est autosaisi de cette problématique et a souhaité réaliser d’abord une analyse des données publiées, afin de déterminer, si à elles seules elles permettaient de combler l’apparent hiatus de connaissances.

Objectifs

Décrire l’histoire naturelle des accidents consécutifs à l’inhalation des aérosols hydrophobes, en identifier les causes et les mécanismes, afin de proposer des mesures préventives adaptées. Si l’analyse des données publiées ne répond pas complètement aux questions posées, déterminer si l’analyse des cas collectés par les centres antipoison français est souhaitable.

Méthodes

Analyse des publications extraites de la base Pubmed, le 31 mars 2017 et sans limitation de date, avec l’équation suivante : (waterproof OR waterproofing OR [wax OR waxing AND ski] OR fluoropolymer) AND (spray OR aerosol OR inhalation OR poisoning OR toxicity). La bibliographie de chacun de ces articles a secondairement été analysée, pour compléter la liste des publications sélectionnées.

Résultats

Soixante-sept publications ont finalement été incluses dans l’étude. Leur analyse a montré que l’inhalation d’aérosols hydrophobes était principalement responsable d’une alvéolite expliquant généralement la majorité des troubles observés et les plus sévères d’entre eux. Des signes d’irritation des voies aériennes sont également présents dans de nombreux cas, mais, en règle, ils sont modérés. La troisième composante du tableau est une dépression, presque toujours discrète du système nerveux central. L’évolution habituelle est rapidement favorable, mais dans les formes sévères, des séquelles respiratoires sont possibles. Les aérosols hydrophobes sont constitués d’agents hydrophobes (résines ou précurseurs de résines) en suspension ou en solution dans des solvants organiques. Ce sont les solvants inhalés qui expliquent les troubles neurologiques. L’irritation de l’arbre respiratoire est consécutive à l’effet mécanique de l’aérosol sous pression et à l’irritation chimique par les solvants et éventuellement, les précurseurs réactifs des résines. Le caractère hydrophobe des matériaux inhalés explique l’alvéolite par interaction avec le surfactant alvéolaire, ce qui implique que les aérosols inhalés soient d’autant plus mal tolérés que leur fraction alvéolaire est plus élevée.

Conclusions

L’analyse réalisée permet une bonne compréhension des causes et des mécanismes des effets sur la santé des aérosols hydrophobes. Une exploitation des données des centres antipoison n’est pas susceptible d’améliorer cette compréhension. Des pistes pour la prévention des accidents sont identifiées dont la faisabilité doit être discutée avec les industriels : limitation de la fraction respirable des aérosols générés, modulation de l’hydrophobie des vecteurs de l’agent filmogène, limitation des indications de monomères ou prépolymères réactifs.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Background

Numerous sporadic cases and several outbreaks of respiratory illness associated with inhalation of hydrophobic aerosols, such as waterproofing agents, have been reported for the last 4 decades in many different countries. Results of several experimental studies of the physicochemical characteristics of these aerosols and/or their toxicity are also available. However, the causes and mechanisms of these toxic effects are still largely unexplained, so that the prevention of new occurrences is impossible. The French Committee for the Coordination of Toxicovigilance decided to produce an own initiative report on this topic and that the first step of this work will be a literature retrieval and analysis, which could be followed by the analysis of the data from the French poison centers.

Objectives

To describe the natural history of those accidents associated with exposure to hydrophobic aerosols for identifying their causes and mechanisms, and pathways to effective prevention. Would the literature retrieval and analysis not completely respond to the goals pursued, the report should also indicate whether or not the analysis of the poison centers’ database would be useful.

Methods

Analysis of the publication extracted from Pubmed (up to March 2017) with the following equation: (waterproof OR waterproofing OR [wax OR waxing AND ski] OR fluoropolymer) AND (spray OR aerosol OR inhalation OR poisoning OR toxicity). References from the identified articles were also screened for additional relevant publications.

Results

Sixty-seven publications were finally included in the study. Their analysis showed that hydrophobic aerosol inhalation is mainly responsible for alveolitis, which generally explain most of the signs and symptoms observed and the most severe among them. Respiratory tract irritation was also present in many cases but always light or moderate. The third component of the clinical picture is a depression of the central nervous system, which is always light. Most victims of the accidents make a complete recovery within a few days or week. However some severe cases may keep functional respiratory sequelae. Hydrophobic aerosols are composed of hydrophobic agents (resins or their precursors) in solution or suspension in organic solvents. The latter are responsible for the neurotoxic effects. Respiratory tract irritation results from both the mechanic effect of the under-pressure aerosol and the chemical irritation by the solvents adsorbed on solid particles and eventually by the reactive components (monomers or prepolymers). The hydrophobic properties of these aerosols explain alveolitis, through interaction with alveolar surfactant; this implicates that greater is the alveolar fraction of the hydrophobic aerosol, more severe is the respiratory illness produced.

Conclusions

This review of literature allows a good comprehension of the causes and mechanisms of respiratory illness associated with inhalation of hydrophobic aerosols. A complementary analysis of the data from the poison centers would not bring supplementary useful information. Pathways for the prevention of these frequent and possibly severe accidents are identified: limitation of the respirable fraction of the generated aerosols, modulation of the hydrophobic properties of the solvents carrying the resins or their precursors, limitation of the indications of reactive monomers or prepolymers.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Imperméabilisants, Aérosols, Toxicité, Alvéolite

Keywords : Waterproofing agents, Aerosol, Toxicity, Alveolitis


Plan


© 2018  Société Française de Toxicologie Analytique. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.