Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Diarrhées infectieuses - 13/04/18

[4-0900]  - Doi : 10.1016/S1634-6939(17)75353-7 
M. Revest , P. Tattevin
 Service des maladies infectieuses et réanimation médicale, Hôpital Pontchaillou, CHU Rennes, 2, rue Henri-Le-Guilloux, 35033 Rennes cedex 9, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

Avec plus de deux millions de décès par an dans le monde, les diarrhées d'origine infectieuse représentent un problème majeur de santé publique. En France, leur impact en termes de mortalité est bien entendu moindre, mais elles restent responsables d'environ trois millions d'épisodes par an. Leur prise en charge repose d'abord sur une analyse précise de leur sémiologie, permettant de séparer deux grands groupes : les diarrhées invasives responsables d'un syndrome dysentérique caractérisé par une fièvre et l'émission de sang dans les selles, et les diarrhées toxiniques provoquant un syndrome cholériforme fait de l'émission de selles aqueuses, fréquentes, dans un contexte apyrétique. Les examens complémentaires ne sont pas systématiques et ne sont à discuter qu'en cas de diarrhées suspectées invasives ou de diarrhée persistant plus de trois jours malgré un traitement symptomatique bien conduit. Sur le plan thérapeutique, la première étape consiste à dépister et traiter une éventuelle déshydratation. Le traitement antibiotique n'est pas systématique et dépend soit de l'intensité des symptômes, soit du pathogène que les coprocultures ont permis de mettre en évidence. Il est notamment systématique en cas de shigellose ou d'amoebose. Le traitement antibiotique des salmonelloses mineures est en revanche réservé à des situations particulières, comme les âges extrêmes, les patients immunodéprimés ou porteurs de lésions vasculaires ou de matériel endovasculaire, ainsi que les patients atteints de drépanocytose. Le reste de la prise en charge repose sur les antisécrétoires qui peuvent être prescrits sans restriction, alors que les ralentisseurs du transit doivent être utilisés avec précaution et restent contre-indiqués en cas de diarrhée invasive.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Syndrome dysentérique, Syndrome cholériforme, Salmonelloses mineures, Shigellose, Amoebose, Clostridium difficile


Plan


© 2017  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Infections urinaires
  • M. Baldeyrou, P. Tattevin
| Article suivant Article suivant
  • Neutropénies fébriles
  • S. Choquet

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.