Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Barrière épidermique - 07/05/18

The epidermal barrier

Doi : 10.1016/j.annder.2017.12.001 
R. Abdayem, M. Haftek
 EA4169 « Aspects fondamentaux, cliniques et thérapeutiques de la fonction barrière cutanée », SFR Lyon-Est Santé, Inserm US 7, CNRS UMS 3453, Faculté de médecine et de pharmacie, Université Lyon 1, 8, avenue Rockefeller, 69373 Lyon, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 9
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La peau joue le rôle d’interface entre l’organisme et son milieu environnant. L’épiderme, la couche la plus superficielle de la peau, assure essentiellement cette fonction de protection interactive. La barrière épidermique peut être sous-divisée en trois systèmes de défense : la barrière photoprotectrice ; la barrière immunitaire ; la barrière physique et chimique de la couche cornée. Afin de se protéger des rayonnements ultraviolets nocifs, l’épiderme dispose de facteurs d’absorption tels la mélanine, produite par les mélanocytes, et l’acide urocanique – un produit de dégradation de la filaggrine. Le système épidermique de défense immunitaire comprend un versant inné, rapide mais non spécifique, et la réponse adaptative, systémique et spécifique d’antigène, initiée par les cellules de Langerhans. Le produit de la différenciation terminale des kératinocytes épidermiques, le stratum corneum, assure la fonction essentielle de barrière physique et chimique de perméabilité. Cette couche cornée est constituée de cornéocytes, dotés d’enveloppes cornifiées et liés entre eux par des cornéodesmosomes, et de la matrice extracellulaire lipidique organisée en feuillets. La barrière épidermique, en constant renouvellement, se caractérise par une très grande capacité d’adaptation aux conditions changeantes de l’environnement.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

The skin acts as an interface between the body and its surrounding environment. The epidermis, the surface layer of the skin, is chiefly responsible for this interactive protective function. The epidermal barrier may be subdivided into three defensive systems: the photoprotective barrier, the immune barrier, and the physical and chemical barrier of the stratum corneum or horny layer. To protect against harmful ultraviolet radiation, the epidermis has absorption factors such as melanin, produced by melanocytes, and urocanic acid, which is a degradation product of filaggrin. The epidermal immune defence system comprises an innate component, which is rapid but non-specific, together with adaptive response, which is systemic and antigen-specific, initiated by Langerhans cells. The stratum corneum, derived from terminal differentiation of epidermal keratinocytes, plays a key role as a physical and chemical permeability barrier. This horny layer is made up of corneocytes, covered with horny envelopes and linked to one another by corneodesmosomes and by extracellular matrix sheets. The epidermal barrier, which is constantly being renewed, is characterised by its extremely great capacity of adaptation to changing conditions in the environment.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Barrière cutanée, Épiderme, Photoprotection, Stratum corneum

Keywords : Skin barrier, Epidermis, Photoprotection, Stratum corneum


Plan


 Cet article est paru initialement dans l’EMC (Elsevier Masson SAS, Paris), Cosmétologie et Dermatologie esthétique 2015;10(1):1–7 [Article 50-020-B-10]. Nous remercions la rédaction de l’EMC–Cosmétologie et Dermatologie esthétique pour son aimable autorisation de reproduction.


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 145 - N° 4

P. 293-301 - avril 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Calciphylaxie chez l’insuffisant rénal dialysé : 8 malades traités par thiosulfate de sodium
  • S. Devey, A. Valois, G. Cazajous, J. Beaume, S. Abed, I. Okhremchuk, S. Spadoni, T. Boyé, J.-J. Morand
| Article suivant Article suivant
  • Critères dermoscopiques d’un onychomatricome
  • A. Marchetti, J. Pouaha, L. Thomas, S. Dalle

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.